Tout le dossier Tout le dossier

La conso s'engage : la chère image de la seconde main

Partager
La conso s'engage : la chère image de la seconde main
La chère image de la seconde main.

En France, le marché de l’occasion est estimé à 7 milliards d’euros, dont 1,16 milliard pour le textile, selon Xerfi et Kantar. C’est à la fois beaucoup, et peu, au regard des 472,3 milliards d’euros que pèse le commerce de détail en France, selon l’Insee. L’e-commerce a offert une vitrine alléchante aux produits qui connaissent une seconde vie. En 2020, près de 10 % des articles non alimentaires vendus en ligne étaient d’occasion, contre 3 % trois ans auparavant ! Ce marché en plein boom est à la confluence de tendances dans l’air du temps : il permet, d’abord, d’accéder à des biens de consommation à petits prix. C’est d’ailleurs sur ce constat que les enseignes pionnières de l’occasion (Cash Converters, Easy Cash, Happy Cash…) se sont appuyées. Nouvelle composante dans l’équation, l’argument écologique qu’incarnent ces objets séduit de nouveaux consommateurs. Bref, tout le monde a une bonne raison d’aller fouiller dans ces assortiments. Les acteurs du commerce l’ont bien compris.

À l’encontre du modèle de la distribution

Des sociétés ont fait florès en se basant uniquement sur ce modèle, parmi lesquelles Vinted, Leboncoin, Back Market ou Vestiaire collective, pour ne citer qu’elles. Mais il y a aussi tous les distributeurs ­traditionnels, qui naviguent entre enthousiasme et évolution à marche forcée face à cette offre devenue tendance. Enthousiasme, car, pour toutes les raisons énumérées, la seconde main permet de travailler leur image et leur accessibilité prix. De plus, elle génère du trafic et gonfle potentiellement le montant total du ticket de caisse. Mais elle constitue aussi un changement de paradigme majeur pour les enseignes.

Les produits de seconde main vont en effet à l’encontre du modèle sur lequel repose la dis-tribution, à savoir massifier l’approvisionnement de produits standardisés dans le but de les revendre. Pour l’occasion, la logique est inversée, puisque le premier défi est de trouver un stock, qui sera par définition hétérogène. C’est là toute la difficulté des distributeurs. « On ne peut pas se désintéresser de l’occasion, c’est un marché où il faut être présent. Mais c’est un domaine extrêmement complexe qui repose notamment sur la capacité des équipes à estimer la marchandise, pour ne pas crouler sous des stocks invendables », expliquait ainsi à LSA Didier Duhaupand, président du groupement Les Mousquetaires. Pour épauler les enseignes, une myriade de solutions proposent des kits clés en main pour implanter une offre de produits d’occasion : Freepry, Faume, Lizee, ou des corners Patatam. Si le déploiement est potentiellement facilité, la question finale reste celle du modèle économique. Pour la plupart, les ventes ne se font pas à perte, mais la rentabilité est bien moins bonne que sur le neuf. Un effort important pour une faible récompense financière… Le diktat de l’image impose bien des épreuves.

PARCOURIR LE DOSSIER

LSA Green

La conso s'engage : les contradictions du circuit court

Entreprises

La conso s'engage : séduire des salariés de la jeune génération

Agroalimentaire

La conso s'engage : jusqu'où aller dans la chasse au sucre ?

Agroalimentaire

La conso s'engage : tendre vers le zéro gaspillage alimentaire

Distribution alimentaire

La conso s'engage : de la nécessité de valoriser les filières

Développement durable

La conso s'engage : le cercle vertueux des achats responsables

RSE

La conso s'engage : la parentalité, clé pour améliorer la parité

Développement durable

La conso s'engage : réparer, grande cause nationale

LSA Green

La conso s'engage : le (trop) plein de bornes de recharge électriques ?

LSA Green

La conso s'engage : savoir jusqu'où nettoyer ses recettes

LSA Green

La conso s'engage : la manutention, moins rude mais plus intense

LSA Green

La conso s'engage : le tortueux destin du Nutri-score

LSA Green

La conso s'engage : les légumineuses, l'ingrédient qui monte

LSA Green

La conso s'engage : l'éolien, une énergie de plus en plus sensée

Made in France

La conso s'engage : le made in France, quoi qu'il en coûte ?

Bio

La conso s'engage : débat sur le rythme des conversions en bio

Développement durable

La conso s'engage : des produits de beauté à vite recycler

LSA Green

La conso s'engage : protéger coûte que coûte la biodiversité

Développement durable

La conso s'engage : plus de transparence sur l'empreinte carbone

Développement durable

La conso s'engage : énergie, économiser aussi ses mots

RSE

La conso s'engage : le retail, source d'emploi pour les handicapés

Développement durable

La conso s'engage : le vrac, l'art et la manière

Développement durable

La conso s'engage : réduire toujours plus les emballages

Développement durable

La conso s'engage : l'impératif économique de rouler à l'électrique

Développement durable

La conso s'engage : des toits verts, bien plus que de l'esthétisme

Développement durable

La conso s'engage : vers la réduction du suremballage

Consommation

La conso s'engage : les salariés, futurs ambassadeurs de la RSE

RSE

La conso s'engage : la carte maîtresse des seniors

Consommation

La conso s'engage : des promotions, oui, mais plus transparentes

Développement durable

La conso s'engage : vers des emballages moins polluants

Consommation

La conso s'engage : aider les étudiants, une mission essentielle

Développement durable

La conso s'engage : économiser les réserves d'or bleu

Energie

La conso s'engage : électricité d'origine verte, ou droit à polluer?

RSE

La conso s'engage : vers des magasins (enfin) plus inclusifs

Jouet - Puériculture

La conso s'engage : l'égalité des genres, un jeu d'enfant?

Distributeurs

La conso s'engage : le mécénat, atout pour fidéliser ses salariés

LSA Green

La conso s'engage : la consigne prépare son grand retour

Industriels

La conso s'engage : partenariats, allier urgence et pragmatisme

LSA Green

La conso s'engage : éduquer sur les violences faites aux femmes

LSA Green

La conso s'engage : quand les abeilles colonisent l'urbain

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Harry Hope

Comptable Senior Experimenté (H/F)

Harry Hope - 29/01/2023 - CDI - Thionville

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ESSENTIEL & DOMICILE

ESSENTIEL & DOMICILE

Une autre vision des services à la personne

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS