Marchés

La composition du tribunal de Quimper en question pour Doux

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Selon une enquête du Télégramme, sept juges du tribunal de commerce de Quimper se trouvent en situation de conflit d’intérêt potentiel dans la liquidation du pôle frais de Doux.

siège de Doux
siège de Doux© DR

Le tribunal a été mis en cause par le président de la FNSEA, Xavier Beulin, également président de Sofiprotéol, qui était à la tête d’un consortium pour reprendre le groupe, dont la proposition a été rejetée en juillet. Philippe Mangin, président de Coop de France, dont des adhérents étaient associés au consortium, a également déploré la semaine dernière la décision qui a abouti à 35 % d’emplois de plus détruits avec la cession et liquidation partielle du pôle frais, estimant le tribunal «incompétent pour des enjeux de cette taille ». Les syndicats de salariés sont également sur cette longueur d’onde.

Deux juges en conflit d'intérêt

Dans ce contexte, le journal Le Télégramme a enquêté sur les juges du tribunal de commerce. « Au moins deux se trouvent dans une situation de "conflit d’intérêt", le directeur juridique de Doux qui compte parmi les 16 juges du TC de Quimper, et les dirigeants du cabinet d’expertise comptable qui certifient les comptes du groupe Doux », indique le journal. . Le groupe a assuré dans un communiqué que ce responsable n'était plus juge mais, relève le journal, "sur le site du greffe du tribunal de commerce, le nom de ce dirigeant figure toujours parmi les juges en activité". 

Cinq autres juges dans la filière alimentaire

Cinq autres juges auraient entretenu des liens avec la filière agroalimentaire, voire avec la filière volaille en direct.  Le Télégramme déplore que les juges consulaires ne soient pas tenus de déposer de déclaration publique d'intérêts et que  "toutes nos sollicitations, répétées et appuyées (...) sont restées vaines". Le tribunal de Quimper a accordé un plan continuation de six mois au groupe Doux pour les deux filières restantes, l’activité produits élaborés et l’activité surgelés.

Période d'observation jusqu'au 30 novembre

La période d’observation se termine le 30 novembre, à l’issue de laquelle le tribunal prononcera la poursuite de l’activité, la cession d’une nouvelle branche ou de la totalité du groupe Doux. Bien qu’aucune information n’ait filtré sur le sujet, la dette de la banque Barclays, de 140 millions d’euros, a été convertie en totalité ou partiellement en augmentation de capital, et elle doit détenir aujourd’hui 80 % de ce capital, la famille Doux et la BNP ne détenant plus que 20 % ensemble.

La Barclays, maître du capital ?

A date, ce mouvement, s’il a bien eu lieu, n’a pas donné lieu à des changements dans l’équipe de direction, mise à part l’arrivée d’Arnaud Marion, de la Barclays, entré dans l’équipe dirigeante de Doux en août. Officiellement, Charles Doux et son fils Jean-Charles restent les dirigeants de l’entreprise.

1 commentaire

Laurent

26/09/2012 20h03 - Laurent

Arnaud Marion a fait revivre les Pianos Pleyel, la salle Pleyel, Le Lido, Heuliez... Enfin un spécialiste de la restructuration pour redresser cette entreprise mal gérée et qu'il va falloir dégraisser pour la rentabiliser. Il est clair qu'avec cette reprise en mains tout le monde va y gagner : la famille Doux qui va retrouver ses billes, la Barclays qui va sauver sa mise, et les salariés, car il est réputé pour être un vrai stratège, un manager hors pair et pour avoir une vraie fibre sociale et pour mettre l'humain au coeur de sa stratégie. Ses anciens salariés louent tous son grand sens du management, mais surtout son souci permanent des salariés, son sens du dialogue social avec les représentants du personnel et les syndicats. Son indépendance d'esprit est également reconnue parmi les spécialistes de la restructuration. Il est temps que les Doux quittent le navire...mais ils peuvent le faire tranquillement maintenant. Quant aux petites histoires sur le Tribunal, tout ceci est bien évidemment de la manipulation.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA