Marchés

La concentration dans les coop s'est accélérée

|

Le phénomène de concentration dans la coopération agricole s'est accéléré et il se pourrait que ce ne soit encore qu'un début. "Nous avons réalisé 80 fusions ou acquisitions, notre chiffre d'affaires est passé de 80 à 82,5 milliards d'euros, soit une croissance de 5 %, sur le top 20 des coopératives, 15 ont désormais passé le milliard d'euros", s'est félicité Philippe Mangin, président de Coop de France. Il appelle à la poursuite rapide de cette restructuration, dans la filière laitière, dans l'élevage, "pour peser sur les marchés". Il s'est dit déçu que la coopération n'ait pas réussi à se solidariser pour racheter Yoplait, dont 50 % vont être mis en vente par PAI, tout en marmonnant que "la messe n'est pas dite". En revanche, il salue les opérations Maïsadour-Terrena dans la volaille, qui ont constitué les Fermiers du Sud-Ouest ou la fusion des coopératives porcines qui ont donné naissance à Aveltis, n°2 du secteur derrière Cooperl, le rachat d'Entremont par Sodiaal ou le rachat de l'irlandais Greencore par Axéreal dans les céréales. Dans la crise bovine, il a dit comprendre que les éleveurs se tournent vers Bigard pour tenter d'obtenir des hausses, mais souligne que sans cette entreprise qui a su prendre du poids, le secteur serait encore beaucoup plus fragile. Au niveau international, la première coopérative française, Invivo, avec 5,1 milliard d'euros de chiffre d'affaires, n'arrive qu'à la sixième place européenne, la première coopérative européenne étant le néerlandais Campino avec 8,1 milliard d'euros. Ces chiffres seront présentés lors du congrès des coopératives, qui se tiendra les 15 et 16 novembre, avec de nombreux intervenants français et étrangers.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter