La confiserie ne manque pas de piquant

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Adeptes de sensations fortes, réjouissez-vous ! Les bonbons acides colonisent les rayons, et tous les formats sont concernés, des gélifiés aux sucettes, en passant par les pâtes à mâcher.

Se sont-ils passé le mot ? Concurrents pour la « part d'estomac » des accros aux bonbons, Haribo et Chupa Chups ont jeté leur dévolu sur la même idée pour nommer leurs gammes acidulées. Chez l'allemand, le fameux crocodile Hari version piquante a été nommé Croco Pik. Pour le roi des sucettes, c'est la Mini Chupa Chups Kipik qui occupe le créneau.

Sur un marché de la confiserie enfant en progression de 4,9%, en valeur, en 2011, l'acide fait beaucoup mieux, avec + 13,3% ! Mais pourquoi cet engouement ? Parce que ces bonbons correspondent à la recherche de sensations fortes en bouche. Les intervenants n'ont pas hésité à profiter de cette attente : cela fait longtemps que les lancements dans la confiserie de sucre concernent cette catégorie, et le mouvement s'accélère.

 

Les citriques des années 90

Après avoir recouvert Crocos et Schtroumpfs de sucre acide, en 2011, Haribo vient de lancer Delir'Pik, assortiment de bonbons susnommés et de nouveautés acidulées. Mais le développement de cette saveur remonte à beaucoup plus loin. Dans les années 90, les produits « citriques » (du nom de l'acide qui leur donne ce goût particulier) ne comptaient que deux représentants (frites et bouteilles de cola). Dans les années 2000, ce chiffre a doublé, tout comme durant la décennie actuelle où l'on en recense huit à neuf en gamme permanente.

« L'âge couvert par les bonbons gélifiés acides va de 7 à 45 ans. On peut travailler sur différents niveaux d'acidité : sur le bonbon Apollo, c'est abordable. Alors que Surffizz est beaucoup plus fort. On peut aussi jouer sur des textures différentes, plus ou moins dures, souples ou aérées », énumère Julie Gautier, chef de marque enfants chez Lamy Lutti. L'entreprise, qui commercialise ce type de « douceurs » depuis longtemps (dont le pilier Bubblizz, lancé en 1993, ou Surffizz en 2003), n'a pas hésité à transformer son acidulé Arlequin en version sucette, pour les plus jeunes.

Les bandeaux de gélifié citriqué, superstar des boulangeries, vont faire leur entrée en GMS à marque Lutti avec un mix de quatre saveurs.

Chupa Chups est également de la partie. « Il y a trois ans, nous avons sorti la gamme de sucettes Mini, qui est aujourd'hui notre première vente. La Mini Kipik a été lancée en mars, et elle était la troisième rotation de notre gamme en octobre, novembre et décembre », s'enthousiasme Sonia Depoilly, responsable marketing de Chupa Chups France.

Les incontournables craquent à leur tour

Blockbuster des boulangeries, les bandeaux gélifiés « qui piquent » arrivent dans la gamme Lutti, en GMS. Blockbuster toujours, avec la conversion des Crocos et des Schtroumpfs chez Haribo. Après un passage dans un « bain d'acide », si l'on peut dire, les voilà qui réapparaissent en version « Pik ».

Le dosage, facteur clé

Il semble difficile de faire l'impasse sur l'acide dès lors que l'on veut s'adresser aux enfants, comme en témoigne l'arrivée de Chupa Chups dans les bonbons gélifiés. La marque de sucettes a d'emblée inclus une référence de bonbons piquants parmi ses cinq nouveautés.

La contrainte tient au bon dosage, pour plaire aux petits comme aux grands, dont le seuil de « tolérance » à l'acide n'est pas le même. Ainsi en a-t-il été pour les mini-sucettes Chupa Chups. Des piquantes étaient vendues dans les circuits d'impulsion (boulangeries, tabacs...) il y a une dizaine d'années, mais leur format classique (12 g), n'était pas optimal, car l'acidité rendait la dégustation difficile en irritant la bouche. Avec un format mini (6 g), qui se consomme plus rapidement, l'offre est plus adaptée, d'autant que le niveau d'acidité a été baissé par rapport aux gélifiés.

Mais quelle que soit la force des bonbons en bouche, le succès semble au rendez-vous. Un proverbe dans la langue de Goethe (ou de Haribo, c'est selon) résume la situation : « Sauer macht lustig. » Autrement dit, l'acide rend joyeux...

+ 13,3%

L'évolution en valeur des bonbons gélifiés acides, en supers et hypermarchés, sur l'année 2011

Source : Nielsen

 

L'acide part en sucette...

D'ordinaire réservée aux bonbons gélifiés, la saveur acidulée élargit ses plates-bandes en arrivant sur les mini-sucettes. Un format qui permet de ne pas trop agresser le palais.

De 7 à 77 ans

Enfantine ou familiale, la cible des bonbons acides est large, avec une entrée par le goût, plus ou moins fort, mais également par la forme et la texture.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2215

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA