[Edito] La conso s'engage

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Yves Puget

L’expression « marketing de la preuve » est plus que jamais d’actualité. Dans une société qui doute et face à des consommateurs qui deviennent tout à la fois experts et sceptiques, il est plus que jamais nécessaire de montrer que les engagements pris sont tenus et que les promesses données sont respectées.

Or, de nos jours, tout le monde parle de développement durable, de responsabilité sociétale des entreprises et d’écologie. On veut donner du sens à son entreprise, à ses produits et, encore plus ambitieux, à la consommation. Parfois, il ne s’agit que de marketing et de communication. On y décèle une surenchère de bonnes intentions ou un vaste catalogue destiné aux actionnaires d’aujourd’hui plus qu’aux générations futures.

Mais lorsqu’on y prête un peu plus attention, lorsqu’on regarde objectivement – et non pas avec des a priori habituels à l’encontre du monde de l’entreprise –, on découvre des actes bien réels. Des femmes et des hommes, dans l’industrie comme dans le commerce, travaillent quotidiennement pour faire avancer les choses et changer les mentalités. Pour ne pas les laisser dans l’ombre, pour leur donner la lumière qu’ils méritent, chaque dernière page du magazine sera consacrée cette année à ce qu’ils font, à ces initiatives que nous estimons aller dans le bon sens. Une rubrique dont le nom est à lui seul une promesse : « La conso s’engage ». Et pour démontrer notre volonté d’accompagner ce mouvement, la 6e édition des Trophées LSA de la diversité et de la RSE, dont la soirée de remise se tiendra en septembre à Paris, prendra une nouvelle ampleur.

En attendant ce grand rendez-vous, nous allons mettre en valeur ceux qui limitent les ingrédients et les substances dans des produits, ceux qui misent sur le bio et les circuits courts, ceux qui réduisent leur empreinte carbone, ceux qui luttent contre le gaspillage, ceux qui jouent à fond la carte de l’ascenseur social ou ceux qui s’attachent à féminiser les métiers. Surtout s’ils le font non pour répondre à une « attente client » ou à une mode plus ou moins passagère mais bien parce qu’ils en ont saisi la nécessité, pour ne pas dire l’urgence.

Les marques et les enseignes qui ne s’engagent pas sur ce chemin risquent bel bien, à terme, de sortir du jeu. Elles seront tout autant conspuées par les réseaux sociaux que rejetées par les consommateurs. Les entreprises qui s’y lancent gagneront le droit d’être en accord avec elles-mêmes et en phase avec leur temps. Elles auront conquis le droit d’être une « marque responsable ». Cela ne suffira pas à garantir les succès financiers de demain. Mais cela sera un prérequis pour exister sur les marchés et dans les têtes des consommateurs. En 2019, tous, engageons-nous !

ypuget@lsa.fr @pugetyves

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2537

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA