Marchés

La consommation responsable défie la crise, et se mue (Etude)

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les Français veulent continuer à favoriser une consommation responsable malgré la crise, mais mettent davantage en avant leurs intérêts personnels, selon les conclusions de l’étude Ethicity.  

L'étude NutriNet-Santé décrypte les habitudes alimentaires des Français.
L'étude NutriNet-Santé décrypte les habitudes alimentaires des Français.© FOTOLIA

48% des Français déclarent avoir adapté leurs comportements en faveur d'une consommation plus responsable en 2012. Cela représente une hausse de trois points par rapport à l'an dernier, ce qui témoigne que la consommation responsable tend à résister malgré la crise, indique Ethicity dans un communiqué. Cette étude a été réalisée entre le 21 février et le 14 mars auprès d'un échantillon représentatif de 3.577 personnes.

L'occasion de revoir ses habitudes

Près d'un Français sur deux (44%, +5 points) estime même que la crise est l'occasion de revoir profondément ses habitudes de consommation. Néanmoins, alors qu'en 2008, les Français voulaient consommer responsable en consommant moins, ils veulent désormais davantage consommer mieux. Ils sont ainsi 34% (+4 points) à déclarer consommer le même nombre de produits que d'habitude mais en cherchant "à remplacer certains produits par des produits plus durables".

Les besoins personnels revus à la hausse

Par ailleurs, la crise a également conduit les Français à privilégier leurs besoins personnels, au détriment de la sauvegarde de la planète en général, et à se recentrer sur l'essentiel, à savoir la qualité et l'origine des produits plutôt que les engagements sociaux ou environnementaux des entreprises, note l'étude d'Ethicity. Alors que la motivation première pour acheter des produits respectueux de l'environnement était la préservation de la planète en 2006, c'est maintenant le fait qu'ils sont meilleurs pour la santé qui domine (36%).

Favoriser une consommation responsable, c'est aujourd'hui "arrêter de se prendre la tête avec de grands concepts, et être davantage dans le concret, dans le pratique", ajoute Elizabeth Pastore-Reiss, présidente du cabinet. Dans ce contexte, "l'exigence de traçabilité, tendance lourde depuis quatre ans et accentuée par la récente crise de la viande de cheval, et la lutte contre le gaspillage deviennent des préoccupations majeures", conclut-elle.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA