La contrefaçon de jeux et de jouets fait perdre 168 millions d'euros aux acteurs du marché français [Infographie]

|

INFOGRAPHIE Des chiffres hallucinants : selon l'agence de propriété intellectuelle de l'Union européenne, l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), 12,3% des ventes de jeux et de jouets en Europe sont perdues en raison de la contrefaçon. La perte se monte, au niveau européen, à 1,4 milliard d'euros !

Les jouets et jeux de contrefaçon représentent un manque à gagner de 168 millions d'euros en France selon les chiffres de l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI).
Les jouets et jeux de contrefaçon représentent un manque à gagner de 168 millions d'euros en France selon les chiffres de l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI).© Fotolia

Peluches, poupées, figurines, jeux de société, jouets musicaux... Selon la quatrième édition du rapport sur l'impact économique de la contrefaçon dans le jouet et le jeu publiée par l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), les jouets et jeux contrefaits ont représenté une perte d'environ 1,4 milliard d'euros en 2015 pour les acteurs du secteur, soit 12,3% des ventes directes.

Plus de 6000 emplois perdus en Europe à cause de la contrefaçon

Au-delà du manque à gagner pour les fabricants et distributeurs de jeux et de jouets, l'OHMI pointe également la perte sociale que génèrent les produits de contrefaçon : selon les estimations de l'agence, ils représentent 13 168 emplois directs et indirects perdus par le secteur, dont 6150 emplois directs. A cela s'ajoutent 370 millions d'euros de recettes publiques perdues (TVA non perçue, impôt sur le revenu, cotisations pour la sécurité sociale et impôt sur les bénéfices des sociétés).

"Ce nouveau rapport montre à quel point le secteur des jeux et jouets est affecté par la présence de contrefaçons sur le marché", observe Antonio Campinos, président de l'OHMI qui a également diffusé différentes publications sectorielles de l'impact économique des produits contrefaits sur les articles de sport et l'habillement.

 

La France mieux que la moyenne européenne

Pour l'Hexagone, l'OHMI établit la perte de ventes en valeur absolue due à la contrefaçon de jeux et de jouets à 11,6% des ventes du secteur. Un taux inférieur à la moyenne européenne (12,3%) mais supérieur à celle constatée en Allemagne (10,9%). Les pays les plus touchés par la contrefaçon se trouvent en Europe de l'est mais également en Italie (15,6%) et en Espagne (16,6%).

L'Allemagne, premier pays européen producteur de jouet et de jeux avec 40% (2,7 milliards d'euros) de la production totale en 2012 subit en valeur absolue la plus lourde perte : 327 millions d'euros.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message