La course folle du running

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier La course à pied est un succès de plus en plus populaire, pour le plus grand bonheur des vendeurs de chaussures, mais pas seulement. Car toute une économie profite de la démocratisation de ce loisir, qui permet à chacun de se fixer ses objectifs.

5 000

Le nombre de courses organisées chaque année en France (estimation LSA)

+ 5%

La croissance annuelle des ventes de produits de running (estimation LSA)

20%

Le pourcentage des plus de 15 ans qui pratiquent la course à pied au moins une fois dans l'année

Source : Enquête sur les pratiques physiques et sportives en France, ministère des Sports, 2010

Mais qu'ont-ils tous à courir ? À petites foulées, les Français se sont mis à coloniser le bitume et les parcs, partent à l'assaut des chemins forestiers, chaussures de running aux pieds. Selon le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative, 20% des Français de plus de 15 ans pratiquent la course à pied, un chiffre en hausse constante.

« Depuis une dizaine d'années, c'est la seule pratique sportive qui progresse significativement. Car l'investissement psychologique, physique et financier lié à cette activité est faible », analyse Patrick Mignon, responsable du laboratoire de sociologie du sport à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep). Accessible, la course à pied mobilise également des valeurs émotionnelles. « Par ces temps difficiles, il y a un retour aux choses simples. La course est un défi personnel, en même temps qu'un sport presque collectif. On court seul, en groupe, en famille, entre amis », explique Xavier Rivoire, responsable des événements et de la presse chez Kalenji, la marque dédiée à la course à pied de Décathlon. Il estime que le marché du running a progressé de 5% par an, sur les trois dernières années.


Croissance à deux chiffres

Surtout, il n'est pas réservé aux seuls chasseurs de chrono, avec une prépondérance de pratiquants qui en font un loisir. Chacun peut y trouver son compte. Avec des bénéfices pour la santé et une incidence positive sur le moral, il n'en faut pas plus pour motiver les troupes, qui n'ont besoin que d'une paire de chaussures pour débuter. Asics, leader sur ce segment, observe une progression du nombre de paires vendues « à deux chiffres ». C'est dire l'engouement, qui rejaillit en cascade sur un ensemble assez vaste de secteurs.

Pour conquérir le grand public et le convaincre de s'équiper, à chacun sa recette. Garmin, fabricant de GPS et de montres dédiées à la course à pied (indication du kilométrage parcouru, fréquence cardiaque) mise sur la simplification et l'esthétique. L'entreprise a lancé récemment la montre GPS Forerunner 10, la plus accessible de la gamme (environ 129 €).


Simplicité ou technicité

Prête à l'emploi, elle n'a pas besoin de paramétrage, a contrario des modèles plus évolués qui équipent les pratiquants assidus. « Il y a cinq ans, les montres destinées à la course à pied représentaient 5% des ventes dans les magasins spécialisés. Aujourd'hui, c'est plutôt proche de 10% », confie Éric Bernard, directeur général de Garmin France. D'autres ont choisi de miser sur la technicité. « Notre rythme de sortie de nouveautés n'a pas changé, avec une collection printemps-été, et une seconde en automne-hiver. Mais il y a de nombreuses évolutions dans notre offre, avec des matières recyclables, des produits qui réagissent aux contraintes météo », déclare Olivier Mignon, directeur marketing d'Asics France.

L'avis de l'expert : Un sport de compromis

Patrick Mignon, Responsable du Laboratoire de Sociologie du sport à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep)

Il y a une massification de la pratique de la course à pied en France. Ce succès s'explique par des barrières à l'entrée qui sont faibles : pas besoin d'être un nombre défini, ni d'avoir un terrain spécifique. Le coût économique est lui aussi faible, comme le coût d'engagement personnel, qui plus est avec une récompense immédiate, car on perçoit vite les progrès. La distribution sociale est moins marquée que le tennis ou le golf, et par rapport à des sports presque exclusivement masculins, comme le football ou le rugby, ici, on compte environ un quart de pratiquantes. C'est aussi un sport de compromis, beaucoup moins contraignant en termes d'horaires et d'organisation. Je suis optimiste sur la poursuite de cet engouement, car, en termes d'âge, ce sport continue de gagner des pratiquants par le haut et par le bas. Et c'est une des activités que l'on peut poursuivre le plus longtemps au cours de sa vie.

Réseaux de distribution

Chacun occupe un territoire défini. Ainsi Nike s'est positionné depuis plusieurs années sur le running urbain, auquel il est plus facile de s'identifier. Le look casual de certaines chaussures, qui peuvent se porter avec un jean comme sur piste, brouille la frontière entre la performance et la décontraction, afin de plaire au plus grand nombre. Avec quelques années de recul, cette pratique a entraîné une mutation des circuits de distribution. Si l'amateur va s'équiper en premier lieu dans les réseaux sportifs traditionnels, il a la possibilité d'évoluer vers des boutiques dédiées à la course, au trail (course en pleine nature ou sur terrain accidenté) et à la randonnée. Et ces petites surfaces s'installent parfois en face des grandes enseignes sportives pour apporter leur expertise.

En centres-villes, le réseau Endurance Shop, dont la première boutique a ouvert en 2002, compte près de 50 magasins en France, avec une clientèle surtout issue des CSP moyennes et supérieures et un panier moyen de 100 €. « Le running est le segment qui a progressé le plus rapidement chez Garmin. C'est une activité en plein essor et de nombreuses enseignes ont compris qu'il y a un filon qui n'est pas près de se tarir, compte tenu du développement du bien-être et du sport en général. C'est une activité accessible financièrement, simple à pratiquer et fédératrice. L'électronique est venue rapidement rejoindre cet équipement pour fournir des informations en temps réel (vitesse, distance, cardio etc..), mais aussi un suivi précis de ses performances et un archivage de ses données sur nos plates-formes communautaires », confie Éric Bernard, de Garmin France.



Inscriptions en hausse

Les sites internet spécialisés ne sont pas en reste et se sont multipliés pour donner des conseils, mais aussi faire des achats. Les chaussures se taillent la part du lion, avec beaucoup d'opérations commerciales sur les modèles d'entrée de gamme pour recruter des amateurs, qu'il s'agira ensuite de faire évoluer vers des paires plus techniques et onéreuses, qui atteignent parfois 160 €... voire plus.

L'attrait pour ce sport se retrouve dans la hausse des inscriptions des amateurs aux courses. « On constate que 600 000 coureurs ont pris au moins un dossard [en 2011, NDLR], encouragés par l'augmentation du nombre de courses de type semi-marathon », notent les auteurs d'une étude réalisée sur la presse consacrée à la course à pied, qui se porte bien. À Running Expo 2012, le salon du marathon de Paris, plus de 200 marques étaient présentes. De la ceinture porte-bidons aux gels énergétiques pour tenir le coup, d'innombrables niches tentent de convaincre les coureurs de leur utilité.

La conquête du public passe aussi par la féminisation de la discipline, et des courses sont réservées aux femmes. Porteuse de valeurs saines, la course à pied est devenue un sport tendance. Pour les allergiques à la foule, elle se révèle aussi comme l'antichambre d'autres disciplines plus confidentielles, comme le trail ou la marche nordique. Courir, encore et toujours...

Fabricant et distributeur

Kalenji, initialement créée en 2004 autour du textile, recherche en permanence des produits «rupturistes» et a lancé récemment une casquette équipée de leds, pour pouvoir courir de nuit et être vu. Mais la reconnaissance passe aussi par une percée dans la chaussure de sport. Pour y asseoir sa légitimité, Kalenji travaille avec un consultant de luxe, depuis 2011, en la personne de Stéphane Diagana. L’ancien champion du monde du 400 mètres haies participe à l’élaboration des différents modèles de la marque, baptisés Kiprun. La segmentation de la gamme prend les standards… à contre-pied, avec trois modèles couvrant les distances courtes, moyennes et longues. Depuis le mois de janvier, un nouveau modèle dédié à la compétition est arrivé dans le catalogue de l’enseigne grand public.

Toujours plus de points de vente

La chaîne spécialisée Endurance Shop a été créée par deux mordus de course à pied en 2002. La montée en puissance de ce réseau de franchisés ne se dément pas, avec près de cinquante magasins aujourd’hui, et un nombre d’ouvertures exponentiel pour répondre à la demande. En France, l’enseigne Lepape (Paris) a ouvert un second magasin, à Lyon. À l’étranger, le suisse Migros n’a pas voulu laisser échapper la tendance de la course et de la randonnée, en rachetant en 2011 l’entreprise Ryffel Running. De deux établissements au démarrage, l’ambition est d’atteindre une douzaine de boutiques pour cette année.

Des marques qui sortent du bois

Créée aux États-Unis, il y a plus de cent ans, la marque Saucony a débarqué récemment en France, avec une offre de chaussures. Elle n’est pas la seule à vouloir se faire une place, à l’instar de nombreux fabricants d’alimentation diététique ou de l’effort qui tentent de percer, comme Gu Energy (boissons, gels énergétiques). Isostar (boissons liquides ou en poudre, barres, gels, tablettes), présent depuis de nombreuses années en GMS et circuits spécialisés, propose comme d’autres des kits marathon regroupant un mix de produits pour préparer la reine des épreuves d’endurance.

Du textile plus visible

Les vêtements de course ne se cachent plus… Avec des couleurs tantôt flashy, tantôt discrètes, le choix est vaste pour s’équiper, et les collections s’avèrent de plus en plus souvent assorties aux chaussures. Le tout en restant fonctionnel (évacuation de la sueur), avec des matériaux de plus en plus techniques. Derrière les chaussures, le textile (chaussettes, cuissards, tee-shirts, vestes, etc.) est de loin le plus gros poste de dépense des coureurs.

Technologie omniprésente

Pour mesurer les kilomètres parcourus ou les calories brûlées, les montres de course sont de petits ordinateurs portatifs. Garmin, connu pour ses GPS, couvre également ce segment, et sa dernière nouveauté est la plus accessible et simple d’utilisation de la gamme (environ 129 €). Elle est adaptée «aux besoins des coureurs débutants et peut même motiver les plus hésitants en les félicitant à chaque record de distance et de vitesse». La technologie s’immisce aussi dans les magasins, avec des tapis de course reliés à des caméras pour analyser le type de foulée, et orienter vers la paire de chaussures adéquate

Des courses pour tous

La France accueille chaque année environ 5000 courses, avec des distances qui s’adaptent à tous. Sur la même journée, les parcours peuvent s’étaler de 500m(pour les tout-petits et les enfants en famille) jusqu’au marathon (42,195 km), avec des distances intermédiaires comme le 5 km, 10 km ou le semi-marathon (21,1 km). Les entreprises n’hésitent plus à participer, soit en tant que sponsors, soit en permettant à leurs salariés de participer à de véritables challenges. Les marques sont attirées par les partenariats sur les grosses épreuves ou certaines courses comme La Parisienne, réservée uniquement aux femmes, et qui compte… 18 partenaires.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2264

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA