"La crise renforce l'intérêt pour les jeux de société", selon Hélène Murer, adhérente JouéClub

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

En complétement de l'article intitulé "Pour Noël, les jeux ne sont pas encore faits !" (paru dans le LSA n°2203 du jeudi 3 novembre), Hélène Murer, adhérente JouéClub, et sélectionneuse de l'enseigne pour les jeux de société, explique pourquoi elle organise un festival du jeu près de Mulhouse. La quatrième édition de cet événement a, une fois de plus, rencontré un franc succès, signe du regain d'intérêt pour cette activité.

Hélène Murer, adhérente JouéClub

La rédaction vous conseille

LSA – Vous avez organisé un festival du jeu de société à Altkirch, près de Mulhouse, les 21 et 22 octobre dernier. Quel en est le bilan ?
Hélène Murer – C’est la quatrième année que je réalise ce festival, dans la salle polyvalente d’Altkirch. Cette année, pour la première fois, nous avons réservé la journée du vendredi aux écoles et avons reçu environ 430 enfants. Le lendemain, nous avons accueilli plus de 950 visiteurs. Et la vente directe sur le festival a engrangé un chiffre d’affaires additionnel de plus de 1600€.

LSA – Quel est l’intérêt pour vous de réaliser ce type d’événement ?
H. M. – Dans mes trois magasins, j’ai développé le rayon jeux de société car j’ai noté depuis quelques années un engouement et une réelle demande de la part de mes clients, lassés du « tout écran ». Pour les familles, c’est aussi un bon moyen de partager, d’apprendre à se connaître : jouer est un prétexte pour se réunir et passer un moment amusant, tous ensemble. La crise économique concourt à renforcer cette tendance car, au moment où les sorties sont réduites, le jeu est un loisir peu onéreux. Mais les consommateurs sont souvent perdus au moment du choix : c’est le rôle du vendeur de leur expliquer les différents jeux et leur faire découvrir de nouveaux produits, autres que les grands classiques.

LSA – Justement, en dehors des traditionnels Monopoly ou Uno, les références moins connues peuvent-elles encore tirer leur épingle du jeu ?
H. M. – Les consommateurs, faute de conseils, ont effectivement tendance à donner la prime à l’existant. Mais ils ont aussi envie de découvrir de nouveaux jeux. C’est l’intérêt de mon festival, où je mets en avant des jeux qui ne sont pas ultraconnus ou qui ne seront pas portés en publicité télévisée, comme Bazar Bizarre de Gigamic, Color Addict de France Cartes ou encore le Jeu du Bescherelle coédité par Hatier et les éditions Anaton. Aujourd’hui, on note un regain d’intérêt des jeunes adultes pour les jeux de société, avec les jeux dits « d’apéro » : des règles rapides à comprendre, des parties courtes et la possibilité de jouer jusqu’à une douzaine de personnes, comme Defifoo ou les Loups Garou. De même, les jeux en petits formats, plus transportables et moins chers ont également le vent en poupe. Et pas seulement à Noël. De quoi désaisonnaliser les ventes !

A lire aussi : "Pour Noël, les jeux ne sont pas encore faits !" LSA n°2203

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA