La cuisine fait son show

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

EUROCUCINA a été l'occasion de vérifier que, si la crise a ralenti l'activité économique de la cuisine l'an dernier, le secteur n'a pas renoncé à montrer sa capacité d'innovation. Une réponse à la morosité...

©Paolo Riolzi

Plus de 200 000 m2 de surface nette d'exposition, dont près de 40 000 m2 pour la cuisine et l'électroménager, voilà ce qui attendait les visiteurs du Salon international du meuble de Milan, du 14 au 19 avril, plus les manifestations et les showrooms temporaires dans la ville. En 18 éditions, Eurocucina, biennale de la cuisine, s'est imposée comme un rendez-vous international incontournable. « Eurocucina présente le " must " de la cuisine, parfaitement en phase avec les attentes des architectes et promoteurs, indique Bruno Rousseau, chef de produits cuisine de Mobalpa. À l'inverse des éditions précédentes, le gigantisme des stands était moins marqué, comme un retour à plus de réalisme, sans doute en raison de la situation économique. » Une modération qui n'a pas bridé la créativité. Chacun y est allé de ses modèles les plus technologiques, aux plus belles finitions et aux plus nobles matériaux. Mobalpa, seule marque française exposante, avait réservé 450 m2 pour six cuisines ! « Nous avons fait le choix de l'innovation, note Bruno Rousseau. Nous cherchons à nous développer à l'export, notamment en Europe de l'Est et du Nord, et dans les pays émergents. Il était important de montrer le savoir-faire français, mais dans une ambiance réaliste, avec des modèles commercialisés dans les prochaines semaines ou dès janvier prochain. » Par exemple, le cuisiniste proposait Iris, un modèle dessiné par Antoine Fritsch, alliant bambou en façade et plan de travail en Corian, orné d'une marqueterie autour des plaques de cuisson intégrées. Différents modèles présentaient d'autres spécificités : plan de travail coulissant devenant zone de dégustation, ouvertures motorisées des meubles, ou dresselier, un meuble hybride, à mi-chemin entre la vitrine et le vaisselier.

 

DU BLANC, DU BOIS, DU PRATIQUE

Plus largement, quelles sont les grandes tendances à retenir ? En termes de mobilier, les lignes se révèlent très épurées, les poignées disparaissent ou se font discrètes. Les meubles bas jouent avec les arrondis, pour plus de fluidité, alors que les meubles hauts font un retour marqué, et se dotent d'ouvertures faciles, pour plus de confort.

Côté couleurs, c'est surtout leur absence qui marque. La tendance est au blanc (comme lors de l'édition 2008). Hormis quelques modèles en jaune ou violet, le choix se porte vers des tons neutres (sable, champagne, bleu ciel), parfois juste sur un élément, ce qui vient réveiller l'ensemble.

Pour les matériaux, assurément, le bois reste une valeur sûre. Mais son traitement se veut le plus naturel possible, parfois même brut de sciage. Les cuisinistes aiment jouer avec ses effets (noeuds, veines apparentes), mais aussi avec le contraste des matériaux : métal (Inox, acier), béton spécifiquement développé pour l'univers culinaire, pierre naturelle. Plus étonnant, le cuir (bénéficiant d'un traitement spécial contre les salissures) est même utilisé en façade, chez Toncelli par exemple, une marque très haut de gamme produisant 800 modèles par an. « Plutôt qu'un stand sur le salon, nous avons choisi une présence plus subtile aux côtés de cette marque avec laquelle nous partageons des valeurs, indique Patrice Charbon, directeur de la marque De Dietrich. Cela nous a permis une approche plus en profondeur avec nos visiteurs, de leur démontrer la complémentarité avec Toncelli, notamment avec nos produits coordonnés et personnalisés, comme les fours aux poignées en cuir ou en bois. Nous avons pu également montrer l'étendue de notre gamme et nos nouveautés dans notre showroom temporaire dans le centre-ville de Milan. »

 

TECHNOLOGIES ET ENJEUX DE DEMAIN

Sur 7 000 m2, FTK (Technology for the Kitchen) accueillait les grandes marques de l'électroménager. L'occasion de se faire une idée des technologies en vogue, comme la vapeur, de percevoir un engouement pour les hottes très déco, mais aussi de prendre la mesure des enjeux de demain, comme l'environnement. Une carte jouée par Whirlpool, qui a créé l'événement autour de Green Kitchen 2, évolution de sa cuisine écologique présentée pour la première fois lors de la précédente édition. « L'ambition avec Green Kitchen 2 est de réaliser jusqu'à 70 % d'économies d'énergie, rappelle Vincent Rotger, directeur du marketing de Whirlpool. Notre prototype a connu un beau succès. Il sera commercialisé en 2012. »

Indesit, pour sa part, a fait la part belle à Scholtès, à la fois sur son stand et sur son showroom temporaire. « Nous avons mis l'emphase sur la marque, comme un aboutissement de notre travail de reconstruction, et sur notre capacité d'innovation, à travers nos nouveaux produits, indique Marc Lignier, directeur du marketing d'Indesit. Nous avons également présenté notre espace innovations, montrant les enjeux sur lesquels nous travaillons, comme la flexibilité. Car, si les enjeux environnementaux sont au coeur des préoccupations de tous aujourd'hui, il va falloir trouver d'autres arguments pour séduire les clients et proposer un véritable élément différenciateur. » Rendez-vous est pris en 2012.

 

 

L’électroménager sera écolo ou ne sera pas

Très concernés par les questions environnementales, et ce depuis de longues années, les industriels de l'électroménager proposent des produits alliant efficacité et économies (eau, énergie), et planchent sur des concepts qui repousseront encore ces limites, à l'exemple de la Green Kitchen 2 de Whirlpool (jusqu'à 70 % d'économies). Cette cuisine futuriste sera commercialisée dès 2012 en version complète, ou par modules.

 

L’îlot, nouveau territoire de la cuisine

L'îlot reste un « must have » que les exposants ont largement utilisé et que l'on aime à voir, à défaut de pouvoir l'installer chez soi, faute de place suffisante. La tendance va aux aménagements permettant de tout intégrer (plaque de cuisson, hotte escamotable, évier), mais aussi aux grands meubles disposés au centre de la cuisine, dotés d'astuces de rangement.

 

 

Jouer les effets de matières

Bois, bien sûr, mais aussi Inox, cuir même... Tous les matériaux investissent la cuisine pour habiller les façades, parer l'intérieur des espaces de rangement. Les cuisinistes aiment les effets et les contrastes de matières, qui apportent un dynamisme à l'ensemble. Des matériaux plus techniques, comme le Corian ou le béton, ont également réussi à faire leur place dans la cuisine.

 

La cuisine joue à cache-cache

La cuisine se dévoile et se montre. Aujourd'hui, en France, une cuisine sur deux est ouverte. Mais cet esthétisme n'est pas toujours compatible avec le quotidien (odeurs de cuisson, salissures lors de la préparation des repas...). Pour répondre à cette problématique, la tendance va aux modèles capables de disparaître totalement derrière des portes pour laisser place à des rangées de placards, ou à des aménagements qui cachent l'évier, la hotte...

LA PROMESSE DE LA TENDANCE

«le reflet de nos modes de vie»

Gérard Laizé, directeur général du VIA


«Nous consommons aujourd'hui des produits et des plats du monde entier, mangeons à des horaires variés, partout, et de plus en plus à l'extérieur. Pour autant, la cuisine reste un lieu important, multigénérationnel, et dans lequel sont effectuées de nombreuses activités. Penser le futur de la cuisine, c'est intégrer ces notions, et être capable de déceler ce qui va accompagner nos moments de vie dans ce lieu, mais aussi dans les autres pièces de l'habitat. Il est important d'étudier les évolutions en termes de modes de vie et de postures. Par exemple, si nous regardons la télévision dans la cuisine, et nous y installons pour travailler, il peut être intéressant de voir quelles réponses apporter en matière d'agencement et d'ergonomie, de mobilier et d'équipements spécifiques. »

329 563

Le nombre de visiteurs du Salon du meuble de Milan*.


50 %

Le nombre de cuisines ouvertes en France**.


de 10 à 15 m2

La taille moyenne de la cuisine de 52 % des Français**.


1,76 Mrd €

Le chiffre d'affaires de la cuisine intégrée en France en 2009**.


*Source : Cosmit

**Source : Ipea, La cuisine des Français, mars 2010

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2138

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA