La cure minceur des emballages, un enjeu majeur

|

L'emballage est le point noir du bilan carbone des boissons alcoolisées. Réduire son poids est un défi de taille, qu'il faut anticiper avant que n'arrive l'obligation de l'étiquetage environnemental sur chaque produit.

Chez Auchan, les collerettes apposées sur tous les vins sous MDD sont en carton recyclé. Et les bouteilles de la gamme de cocktails prêts à boire du distributeur nordique ont fondu de 100 grammes, à l'occasion d'une modification de leur forme. Cela fait déjà dix ans que Patrice Zirotti, responsable emballage et écoconception chez Auchan, passe sous son micro-scope les emballages des quelque 5000 références sous marques propres. Un travail considérable qui passe par « la suppression d'un composant, la diminution de la dimension des emballages, le renoncement au suremballage, la concentration de produit ou la réduction du poids des emballages », énumère Patrice Zirotti qui ne compte plus les tonnes de papier, verre, plastique économisées.

Outre les gains réalisés en achats d'emballages, c'est « bon pour la planète ». C'est également bénéfique pour les comptes de l'entreprise, qui, du coup, « achète » moins de points verts à Éco-Emballages, dont le nombre dépend directement du tonnage des emballages utilisés. Enfin, réduire le poids des packagings permet de se préparer à l'étiquetage environnemental, qui imposera aux industriels d'indiquer les émissions de CO2 sur chaque produit. Si le gouvernement n'a pas encore détaillé son calendrier, les industriels anticipent déjà. En particulier, les acteurs des boissons alcoolisées, car les bilans carbone du vin ou des spiritueux ne devraient pas être très bons, compte tenu notamment de l'utilisation du verre. Un matériau certes recyclable à l'infini, mais énergivore à la production et lourd à transporter.

Déjà, les avancées sont concrètes. La bouteille standard de champagne a perdu 65 g, pour se stabiliser à 835 g. La canette de 33 cl en acier a fondu de 5 g entre 1994 et 2009, à 25,7 g en moyenne, selon Éco-Emballages. « La réduction d'emballage s'inscrit dans la loi Grenelle. Concernant les emballages ménagers, l'intention était de les réduire de 100 000 tonnes entre 2007 et 2012 », détaille Jan Le Moux, spécialiste de la réduction de l'emballage chez Éco-Emballages. Cette entreprise privée, qui compte 50 000 adhérents, a décidé de publier sur son site les efforts des industriels en la matière.

Des efforts qui ont leurs limites

À date, 167 entreprises partagent leurs données. Comme Heineken, qui, marque après marque, réduit le grammage de ses bouteilles en verre.« Les canettes sont déjà très légères. Il sera difficile d'aller plus loin, explique Laurent Turpault, responsable de la RSE du brasseur. Nos efforts se portent sur les bouteilles en verre. Ce sont des projets sur le long terme, car ils nécessitent des investissements et des ajustements industriels importants. » Dès la fin 2010, la bouteille Heineken a fondu. Cette initiative mondiale a permis à la filiale française d'économiser 7 000 tonnes de verre et 5 000 tonnes de CO2 . Début 2013, c'était à la Desperados de perdre du poids (de 315 à 250 g).

La résistance, un défi

Castel, numéro un du vin en France, se préoccupe particulièrement de développement durable depuis 2010. Avec une embauche, celle d'Alexis Raoux, en tant que directeur développement durable, une fonction auparavant confiée au service qualité. Parmi ses missions, la réduction de tous les emballages. Il lui a fallu concilier la réduction du poids du verre des bouteilles et l'augmentation des cadences des chaînes d'embouteillage. Ainsi, dans le Languedoc, où sont produites les marques Roches Mazet et Vieux Papes, elles tournent à 25 000 cols/heure contre 8 000 auparavant. Dans le même temps, le flacon de Roche Mazet est passé de 450 à 395 g. Celui de Baron de Lestac, de 500 à 485 g. « Cela n'a l'air de rien, 15 g en moins, détaille Alexis Raoux. Pourtant, c'est un exploit de garantir la résistance de la bouteille sur des chaînes d'embouteillage à grande vitesse. Nous travaillons avec les verriers pour nous assurer de la résistance à toutes les étapes de manipulation des bouteilles. »

La résistance, c'est aussi le défi des producteurs de vins à bulles. En effet, ces vins sont soumis à une forte pression lors de la fermentation qui s'effectue dans le flacon. Quand la société Pernod a réduit les proportions du flacon de son vin effervescent Café de Paris, elle a été vigilante sur ce point. « Nous avons adapté notre bouteille lors d'une rationalisation de la gamme, explique Bernard Pech, directeur des opérations et du développement chez Pernod. Elle a fondu de 20%, pour atteindre 480 g. Nous n'irons pas plus loin pour des questions de résistance. » L'entreprise a ainsi 1 500 tonnes de verre et évité d'émettre 1 300 tonnes de CO2.

Préserver son identité

La perte de poids de la bouteille a engendré d'autres gains. « Nous mettons plus de bouteilles sur nos palettes et donc moins de camions sur les routes », détaille Sylvain Doré, responsable qualité, sécurité et environnement chez Pernod. Cet acteur a poursuivi ce travail sur les marques Suze et Pastis 51. Avec d'autres contraintes. « Ces bouteilles sont manipulées plus souvent que celles de vin, en général bues dans la soirée, poursuit Bernard Pech. Il faut veiller à leur solidité. » Et puis, la forme du flacon fait partie de la signature d'un spiritueux. Pastis 51 s'identifie vite à son « anneau de verre », Suze, à sa forme longue. Réduire un peu plus le grammage du verre obligerait à modifier le flacon. Les consommateurs n'apprécieraient pas.

En chiffres

835 g : poids actuel des bouteilles de champagne, contre 900g en 2009

Source : fabricants LeDoluptatuer

DES AVANTAGES TOUT AU LONG DE LA CHAÎNE

  • Gains sur les achats d'emballage
  • Gains sur les émissions de CO2
  • Gains sur l'achat de points verts chez Éco-Emballages
  • Gains sur les frais logistiques (plus de bouteilles sur une même palette = moins de camions sur les routes)
  • Réduction de la pénibilité lors de la manipulation des bouteilles en magasins
  • Réduction des déchets ménagers

A SAVOIR

  • Le PET peut se substituer au verre au Japon Au pays du Soleil-Levant.
    L
    e Beaujolais livré par Castel est en PET. Une bouteille légère mais aussi incassable pour voyager facilement par avion. Ce n’est pas tout : l’étiquette est décollable pour améliorer la recyclabilité de tous les éléments de cette bouteille. Une initiative qui n’est pas, pour le moment, transposable en France où les consommateurs ne jurent que par la bouteille en verre.
  • Jaillance, le pionnier des vins à bulles
    Chez le producteur phare de la Clairette de Die, la bouteille a rétréci depuis déjà dix ans. Elle ne pèse que 775grammes, une limite pour un vin effervescent. « Quand il est dans la bouteille, le vin atteint, lors d’un pic de fermentation, une pression de 13bars. La bouteille, si elle était plus légère que celle que nous utilisons, risquerait d’exploser », expliquet- on chez Jaillance.
  • Desperados a fondu de 20%
    Depuis le début de l’année, la bouteille de Desperados de 33cl ne pèse plus que 250grammes, soit 20% de moins que l’ancienne. Heineken a calculé qu’en année 1 l’entreprise allait économiser 5 000tonnes de verre mais aussi éviter d’émettre 5 000 tonnes de CO2.
  • Suze passe sous la barre du kilo
    Pernod a engagé un vaste chantier de réduction du poids de ses emballages. La liqueur à la gentiane Suze, mais aussi l’apéritif Lillet, l’anisé Pastis 51 ou le vin effervescent Café de Paris ont aujourd’hui des bouteilles moins lourdes qu’autrefois. Celle de Suze 1,5litre a perdu 21%, passant de 1 070 à 850grammes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 4HSB2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message