Marchés

La déflation des produits de grande consommation (PGC) se creuse encore en mars, à -1,3 %

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'inflation d'offre s'est encore creusée en mars 2014, selon le baromètre exclusif de Nielsen pour LSA. Les prix comparés des PGC en GMS ont en effet baissé de 1,3 % entre mars 2014 et mars 2013, situant la déflation sur ces marchés à un niveau record de - 1,3% !  Un mouvement déflationniste qui continue d'être davantage portée par les marques fabricants (-2.1%). Reste que cette déflation à références comparables est compensée par des effets mix très positifs liés à l'entrée d'innovations ou à la premiumisation d'un certain nombre de références (voir le dernier graphique de cet article).  L'essentiel en 5 graphiques.  

Nielsen inflation marques en mars tableau
Nielsen inflation marques en mars tableau© nielsen

 

1/ La déflation tirée par les grandes marques

2/ Un mouvement qui a démarré début 2012

 

 

3/ Le combat se concentre entre hypers et hard discounters sur les marques fabricants

 

 

4/ De fortes disparités régionales avec près de 2 points d'écarts entre la Franche-Comté, en pointe, et la Basse-Normandie, à la traîne

 

5/ L'effet mix très positif et les volumes font mieux que compenser la déflation

Pour la première fois, Nielsen inclue la décomposition de l’évolution valeur ci-dessous, dans ses publications de l’inflation. Ceci permet en effet de remettre en perspective la valse des étiquettes (inflation de l’offre) au sein de la conjoncture, et tout particulièrement de la confronter aux effets de mix, très positifs ces derniers temps (cf. valorisation et innovation).

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA