La DGFIP a collecté 558 milliards d’euros d’impôts et taxes en 2014

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La Direction des Finances publiques a collecté 339 milliards d’impôts et taxes au bénéfice de l’Etat, 163 milliards pour les collectivités et 55 milliards pour  des organismes divers, soit au total 558 milliards d’euros.  Soit  8 milliards de plus qu’en 2013 et 21 milliards de plus qu’en 2012…

Les impôts ont fortement augmenté pour les ménages et un peu baissé pour les entreprises
Les impôts ont fortement augmenté pour les ménages et un peu baissé pour les entreprises© Rozol - Fotolia

Les chiffres sont encore provisoires, mais les montants restent gigantesques. La Direction générale des Finances publiques vient de publier un pré-bilan de ses activités, qui fait apparaître un collecte d’impôts et taxes en 2014 du chiffre vertigineux de 557,879 milliards d’euros précisément. Tout ne va pas dans les caisses de l’Etat : un bon tiers est au bénéfice des collectivités territoriales (163 milliards d’euros), et à divers organismes (54,9 milliards d’euros).

Comptabilité publique de la france

C’est la Direction générale des Finances publiques, dirigée par Bruno Parent – qui a également été le directeur des Impôts et le directeur de la DGCCRF – qui vient de publier ces chiffres. «Nous sommes plus souvent connus pour la lutte contre la fraude fiscale que pour les autres services que la DGFIP apporte, notamment aux collectivités territoriales, soulignait Bruno Parent lors d’une conférence de presse récente. Et nous sommes également en charge de la comptabilité publique, de la simplification, du paiement des dépenses ».  Au total, l’administration compte 100 000 agents.

Contrôles spectaculaires mais limités

Dans l’océan fiscal, le rendement des redressements fiscaux recouvrés apparaît effectivment finalement limité. En 2014, ils se sont élevés à 10 milliards d’euros, un chiffre stable. Le montant total des redressements se situe lui à 18 milliards d’euros, mais il n’est pas toujours possible de récupérer le manque à gagner. Les agents du fisc mènent toutefois des opérations spectaculaires, comme celle qui a mobilisé, en octobre dernier, 110 fonctionnaires accompagnés de policiers pour démanteler une vaste fraude à la TVA chez des commerçants et des fabricants de logiciels qui permettent d’effacer une partie du chiffre d’affaires des caisses enregistreuses. L’affaire suit son cours. Chaque année, l’administration procède à quelques 50 000 contrôles, sur un total de 5 millions d’entreprises. Pour les particuliers, le nombre de contrôles s’établit à 1 million, sur un total de 36 millions de contribuables, dont 17,6 millions sont assujettis à l’impôt.

En charge de la distribution du CICE…

C’est également la DGFIP qui s’est chargée de diffuser le fameux CICE pour les entreprises. «C’était le principal temps fort pour notre administration en 2014, et le challenge a été relevé, puisque 900 000 entreprises ont perçu 9 milliards d’euros, et nous n’avons eu aucun grief concernant les versements », souligne Bruno Parent.  Apparemment, ceux qui avaient comparé la mesure à une usine à gaz admettraient qu’au moins, elle fonctionne ! Idem pour le fameux Crédit d’impôt recherche (CIR), 5,6 milliards d’euros versés selon le ministère des Finances, même si son obtention porte plus à débat.

Les impôts des entreprises en legere baisse

Au total, en 2014, les entreprises ont payé 57 milliards d’euros au titre de l’impôt sur les sociétés (contre 60 milliards d’euros l’année précédente), 14 milliards d’euros de CVAE, l’ex-taxe professionnelle (stable), 10 milliards de CFE (les cotisations foncières,stables), et 718 millions au titre de la Tascom – auxquelles les grandes surfaces sont soumises, à quoi s’ajoutent 13 milliards de taxes sur les salaires et 19 milliards d’euros de contributions sociales (au lieu de 20). Soit environ 115 milliards d’euros pour la part identifiable s’appliquant aux entreprises dans le bilan de la DGFIP. La baisse des impôts sur les sociétés semble donc limitée, malgré le CICE, le CIR ou la suppression de la C3S.

10 milliards d’euros en plus pour les ménages

 Pour les ménages, en revanche, la hausse est sensible : les contribuables ont payé 75 milliards d’impôts en 2014 contre 72 milliards en 2013 et 65 milliards en 2012, tandis que les consommateurs ont payé 178 milliards d’euros de TVA, contre 172 en 2013 et 173 milliards en 2012. Soit une augmentation de la pression fiscale de 9 milliards d’euros environ sur un an. Il faut y ajouter les taxes d’habitation et les taxes foncières, 20,8 et 37,3 milliards d’euros, qui ont augmenté de 1,5 milliard d’euros l’an dernier. Ce qui a pu expliquer les tensions auxquelles ont été soumis certains centres des impôts, au cours de l’année passée…Au global, ce sont les impôts locaux qui augmentent le plus. Contrairement au budget de l'Etat ou de la Sécurité sociale, soumis au vote des parlementaires, l'impôt local ne fait l'objet d'aucun débat national, alors que les hausses sont constantes...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA