La distribution à la peine pour les mois qui viennent

|

La dégradation de la conjoncture devrait avoir des effets très défavorables pour la consommation des ménages, peser lourdement sur les comptes des enseignes de distribution et entraîner de nombreuses défaillances de magasins, considère une étude de l'assureur-crédit Euler Sfac Hermès, particulièrement bien renseigné puisqu'il assure les risques paiement de ces entreprises. "Le grand commerce alimentaire est attaqué par les grandes surfaces spécialisées, qui s'assimilent aux catégory killers aux Etats-Unis, et par les arbitrages des consommateurs en faveur du hard discount", indique les analystes d'Euler. Les hypermarchés seraient les grands perdants de l'opération, à la fois en raison de ces attaques mais également des hausses de prix enregistrées dans ce réseau (+5,7 % à fin juin). La consommation des ménages devrait par ailleurs continuer de décélerrer et réduire l'activité du commerce de détail, avec environ 1 % d'évolution en volume en 2008 et des perspectives négatives. Euler note également que les stocks en hypermarchés sont considérés comme très supérieurs à la normale, qui devraient aboutir à une intensification de la concurrence et un pincement des marges. "Cette situation, conjuguée aux effets du resserement du crédit, à l'impact du raccourcissement du crédit fournisseur et à l'entrée en vigueur de la LME, risque de déstabiliser les sociétés les plus fragiles et devrait entraîner la poursuite d'un rythme soutenu de défaillances dans les années à venir", ajoute l'auteur de l'étude.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres