La douloureuse mutation de 3 Suisses

|

Depuis son rachat total par le groupe Otto, en 2013, le groupe 3Si revoit son organisation pas à pas. 3 Suisses qui affiche aussi sa volonté de devenir un pure player de l’e-commerce, passe par une très lourde restructuration, avec une réduction drastique des effectifs.

Passer du statut de véadiste à celui d’e-commerçant pure player n’est pas simple. La mutation peut même s’avérer très douloureuse… C’est le cas pour 3 Suisses qui a présenté, le 10 avril dernier, un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) aux instances du personnel. En substance, l’objectif d’Éric Dubois, nouveau directeur général, est de passer de 409 à 159 employés d’ici à trois mois. Pour ce faire, il compte proposer aux 32 salariés âgés de plus de 57 ans une cessation d’activité avec maintien de 80% du salaire net jusqu’à 62 ans. Pour les 166 autres personnes qui pourraient être concernées, un plan de réorientation professionnelle avec des cursus de formation de sept à neuf mois intégrant une alternance en entreprise leur sera proposé.

L’ombre des pure players

Ce PSE s’intègre dans la refonte de son modèle que la direction veut rapprocher de celui des pure players. Pour cela, exit le catalogue papier qui bloquait le rythme de renouvellement des collections alors que les principales enseignes de mode, Zara en tête, ont installé une cadence effrénée mais payante aux yeux des consommatrices. Recentrage sur les deux familles de produits porteuses pour l’enseigne, à savoir la mode et la décoration. L’assortiment va également se restructurer puisque Éric Dubois annonce vouloir atteindre environ 50% de l’offre avec les marques propres du groupe Otto, qui détient 3SI, la maison mère de 3 Suisses. Tout en insistant sur « volonté de laisser les équipes de 3 Suisses sélectionner les collections » qui seront poussées sur le site marchand, on devine la volonté du groupe allemand d’accroître la force de frappe de son service achats et redonner du poids à l’enseigne nordiste.

Tout changer

Avec pourtant déjà 80% du chiffre d’affaires réalisés en e-commerce, 3 Suisses traîne encore derrière les leaders. En termes de services notamment, le nordiste veut s’aligner sur les standards. La livraison en point relais devient gratuite à partir de 49 €, tandis que les retours le sont déjà. Il appliquera désormais un prix unique à toutes les tailles et changera de politique de prix pour « mettre fin à l’escalade des réductions et remises en tout genre ».

Mais le principal changement ne saura pas visible aux yeux des consommatrices. Éric Dubois, fraîchement nommé à la tête de l’entreprise après vingt-sept ans passés chez Redcats (ex-PPR), dont vingt et un à l’international, veut bousculer les habitudes. Il souhaite par exemple nommer un directeur chargé d’analyser l’expérience client dans ses moindres détails, et qui sera intégré au comité de direction de 3 Suisses. Avec, il l’espère, « un droit de veto sur les décisions du comité qui pourraient aller à l’encontre des clients », prévient-il. Une tâche ardue donc, d’autant que les négociations avec les instances représentatives du personnel ne font que commencer.

3 Suisses tourne la page de quatre-vingt-deux ans d’activité dirigée par le papier pour entrer dans l’ère digitale.

Éric Dubois, directeur général de 3 Suisses

300 millions d’euros

de pertes cumulées depuis 2008, dont 65 M € en 2013

198

Le nombre de départs que souhaite la direction. 52 personnes, des activités de vente aux professionnels et d’impression, sont transférées dans une nouvelle entité

80%

La part des ventes déjà réalisée en e-commerce par l’ancien véadiste
Source : 3 Suisses

Les principaux enseignements

  • Sur 409 employés, la direction ne souhaite en retenir que 159
  • L’arrêt définitif du catalogue papier est confirmé
  • La moitié de l’assortiment viendra des marques propres du groupe Otto
  • L’organisation managériale revue, avec Éric Dubois à sa tête
  • Objectif d’un retour à la rentabilité dès 2016
  • Renouer avec la communication grand public sur les attributs historiques

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2315

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous