Marchés

La FCD envisage une hausse limitée à 2% des prix en magasins

|

Le président de la Fédération du commerce et de la distribution estime que même si sur certains produits les hausses de prix seront plus fortes, elles seront en moyenne de 2% en 2011.

édération des entreprises du commerce et de la distribution
La hausse des prix dans la grande distribution sera "de l'ordre de 2%" en moyenne en 2011, mais pourra atteindre jusqu’à 20% pour certains aliments comme la farine ou le café et 10% pour les pâtes, indique la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD). L'augmentation globale des prix, alimentaires et non alimentaires, "sera modérée, de l'ordre de 2%", a indiqué Jacques Creyssel, délégué général de la FCD. Mais les prix des farines devrait progresser en moyenne de 15 à 20%, celui des pâtes alimentaires de 5 à 10%, le café de 10 à 20% et le beurre de 4 à 8%, a ajouté Jacques Creyssel, confirmant des informations du Figaro.Le prix de l'huile devrait augmenter de 5 à 8%, celui du fromage de 2 à 4%, le pain de 5 à 7% et les biscuits entre 3 et 10%, a précisé la FCD, qui représente l'essentiel de la grande distribution à l'exception de Leclerc et Intermarché. A contrario, le prix de certains produits restera stable: plats cuisinés, certaines eaux minérales, riz, glaces, a-t-il fait valoir. "Un certain nombre de prix augmenteront un peu plus en raison de la hausse des matières premières", a expliqué Jacques Creyssel. "C'est le cas de la farine, des pâtes alimentaires, de l'huile et du beurre, des produits qui incorporent une part importante de matière première". "Les négociations ont permis de limiter la hausse des prix et de préserver le pouvoir d'achat des consommateurs » , a-t-il estimé. L'estimation de hausse de 2% est une moyenne pour l'ensemble des produits, alimentaires ou non, dont les tarifs annuels ont été négociés entre les distributeurs et leurs fournisseurs pour une entrée en vigueur début mars.
 
De son côté, Michel-Edouard Leclerc avait annoncé début mars une hausse des prix alimentaires de 3 à 3,5% en moyenne. A noter que selon l'indicateur LSA/Nielsen, en février, il étéit toujours question de déflation (-1%) pour les produits de grande consommation en hypers, supers et hard discount. Les prochaines semaines seront donc cruciales afin d'analyser l'évolution des prix.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter