Marchés

La Feef et la FCD signent un guide de bonnes pratiques sur les relations commerciales

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La FEEF, Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, et la FCD, Fédération du Commerce et de la Distribution, viennent d'annoncer la signature d'un guide de bonnes pratiques en matière de relations commerciales relatif aux PME. Il recommande, pour les PME, de terminer les négociations commerciales au 31 décembre, contre le 1er mars aujourd'hui; encourage à signer des conventions annuelles reconductibles sur 3 à 5 ans pour les contrats concernant les produits de marques nationales; autorise de revenir à la table des négos en cas de hausse des matières première; et enfin précise les cadres de nouveaux appels d'offre pour les marques de distributeurs.

Jacques Creyssel, délégué général de la FCD
Jacques Creyssel, délégué général de la FCD© DR

Ce guide de bonnes pratiques a été élaboré "indépendamment du débat sur la loi Hamon" qui doit s'ouvrir le 10 septembre, précisent la FEEF et la FCD. Les deux fédérations ont décidé d’adapter les règles régissant les relations commerciales aux PME, par la voie de la contractualisation. Sachant que ces PME représentent 64% des fournisseurs de la grande distribution, plus de 50% de leur CA et 70% des marques de distributeurs.

Selon les deux signataires la « Plateforme différenciée PME » reconnaît ainsi "les caractéristiques et spécificités des PME qui ne peuvent être traitées de la même manière que les grandes entreprises, notamment multinationales". Ce texte fait écho aux récentes prises de positions, des deux responsables de ces fédérations, Jacques Creyssel, délégué général de la FCD (lisez sa dernière interview) et Dominique Amirault, président de la Feef (lisez sa dernière interview), dans nos colonnes.

Cette plateforme porte sur 4 points majeurs, détaille le communiqué :

  • la période de négociation : la FEEF et la FCD considèrent qu’il est de bonne pratique de définir les conditions de collaboration annuelle des partenaires avant le 31 décembre de l’année précédente au lieu du 1er mars, sous réserve de l’envoi des CGV et des tarifs 3 mois avant cette date.
  • la durée des contrats à marque nationale : la FEEF et la FCD encouragent les entreprises à conclure des conventions annuelles reconductibles, dans le cadre d’un engagement portant sur 3 ans (5 ans lorsqu’il existe des investissements spécifiques) afin de stabiliser les relations commerciales, tout en précisant qu’une négociation annuelle pourra avoir lieu à la demande de l’une ou l’autre des parties.
  • le tarif et la volatilité des cours : la FEEF et la FCD conviennent que la volatilité des cours des matières premières peut amener le fournisseur à proposer un nouveau tarif, sur la base notamment d’une négociation de bonne foi et d’un préavis inférieur à 3 mois.
  • la mise en concurrence des MDD : la FEEF et la FCD rappellent l’importance de la discussion entre les deux parties avant tout nouvel appel d’offres, lequel ne pourra exclure le fournisseur en place, sauf motif légitime.

« La FEEF se réjouit de cette nouvelle avancée dans les discussions qu’elle mène depuis de nombreuses années avec la FCD. Cette Plateforme différenciée est la démonstration du pouvoir de la négociation et du bon sens qui régit notre profession. Elle engage chacun à adopter une attitude responsable dans le box des négociations pour une relation optimisée et une création de valeur plus pérenne », se félicite Dominique Amirault, Président de la FEEF.


« Cet accord est une nouvelle traduction concrète de l’engagement fort des enseignes de la FCD en faveur de leurs fournisseurs PME. Il montre que la contractualisation est le meilleur et seul moyen de prendre en compte les spécificités de chacune des parties de la négociation commerciale », déclare Jacques Creyssel, délégué général de la FCD.

Pour mémoire, la Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, créée en 1995, rassemble plus de 600 entreprises indépendantes ou familiales, fournisseurs du Grand Commerce. Quant à la FCD, elle représente les entreprises du commerce à prédominance alimentaire. Ce secteur compte 750 000 emplois, 1 750 hypermarchés, 5 400 supermarchés, 4 700 maxidiscomptes et 17 950 magasins de proximité, soit environ 30 000 points de vente pour un volume d’affaires de 170 milliards d’euros.  

Ces deux fédérations et bon nombre de leurs adhérents seront présents lors de la prochaine conférence de LSA dédiée aux négociations commerciales qui se tiendra à Paris le 3 octobre. Inscriptions et programmes sur lsa.fr.

 

 

 

 

spacer

 

spacer

 

spacer

 

spacer

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA