La fermeture des meubles froid se préci se

|

Un an après l'engagement des enseignes de « fermer » les meubles frais, le taux d'équipement progresse et le double vitrage s'impose. En ressort aussi le besoin de communication pour préserver le chiffre d'affaires.

 OTMANE HAJJI, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE GREEN YELLOW (GROUPE CASINO)
OTMANE HAJJI, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE GREEN YELLOW (GROUPE CASINO)© DR

Ouvrir une porte pour se saisir d'un pack de yaourts ou d'un blister de charcuterie, voilà la gestuelle à laquelle le public va devoir s'habituer dans les rayons frais. Un peu plus d'un an après l'engagement volontaire du secteur de munir de portes 75% de ses meubles en froid positif, d'ici à 2020, le taux d'équipement progresse.

« Chez Casino, à fin 2012, 40% de nos hypermarchés, soit 41 sites, sont déjà équipés, ils seront 82 à fin 2013, annonce Otmane Hajji, directeur général de Green Yellow, la filiale énergie du distributeur stéphanois. Cinq supermarchés le sont également, et nous en compterons 30 à 40 en fin d'année. » Carrefour négocie aussi ce virage à grande vitesse. « Quelque 27 Carrefour Market sont munis de portes, et il y en aura au moins 100 supplémentaires cette année », signale Sandrine Mercier, la directrice développement durable de Carrefour.

Un dynamisme confirmé par les fabricants et installateurs de meubles froid. « 68% de nos meubles neufs sont livrés avec des portes, et nous installons de nombreuses portes sur des meubles déjà existants en magasins », confie Philippe Crocherie, directeur général adjoint de Carrier France. Intermarché, Système U, Auchan ou Simply Market avancent eux aussi sur le sujet. « Seul Leclerc est en retrait, ils craignent une perte de chiffre d'affaires », relève un industriel. Les magasins les plus récents de l'enseigne bretonne, à Levallois-Perret (92) et à Breteuil (60), font, par exemple, l'impasse sur les portes.

 

Hausse prévue des équipements

Le phénomène en est à ses débuts. Les acteurs tablent sur une hausse progressive du taux d'équipement. Il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, l'horizon 2020 - date butoir de l'engagement des enseignes, au travers de la FCD et de Perifem -, laisse du temps aux magasins, dont le parc de meubles frigorifiques est jeune (six à sept ans, pour une durée de vie de plus de quinze ans). Ensuite, les doutes sur les éventuelles pertes de chiffre d'affaires s'estompent peu à peu. Les distributeurs, en tout cas, affirment que l'impact est négligeable. « Nous avons noté une baisse des achats d'impulsion dans les trois premiers mois, reconnaît Sandrine Mercier. Mais tout est revenu à la normale par la suite. Les ventes ont même augmenté, le client restant davantage dans le rayon » Les industriels sont plus circonspects. « Selon les magasins, les produits ont parfois perdu en visibilité, et le merchandising n'a pas forcément suivi », râle l'un d'eux.

Un installateur de portes assure que, « en général, les ventes n'ont pas baissé », mais il a relevé quelques notables exceptions, notamment chez des indépendants. « Ces points de vente ont surtout péché par manque de communication », analyse-t-il. La pose de portes dans ces rayons, où le libre-service total reste un dogme, suppose, en effet, une évangélisation du public, comme le souligne Sandrine Mercier : « Nous avons communiqué auprès de nos clients sur deux axes : les économies d'énergie réalisées grâce aux portes, de l'ordre de 15%, ainsi que le confort qui leur est offert, avec une température ambiante plus agréable dans les rayons. » Dans les Carrefour Market, cette communication s'est matérialisée sur divers supports (affiches en vitrine, tréteaux à l'entrée du magasin, totems dans les rayons...).

 

Certitudes matérielles

La multiplication des installations de portes forge en tout cas quelques certitudes sur le choix du matériel. « Au départ, il y a eu quelques hésitations entre le simple et le double vitrage, raconte Frank Charton, le délégué général de Perifem. Aujourd'hui, la grande majorité des magasins opte pour le double vitrage. » Trois raisons expliquent ce choix. « Les économies d'énergie atteignent 50%, soit beaucoup plus qu'en simple vitrage », reprend le délégué général. Par ailleurs, seul le double vitrage est éligible aux certificats d'économies d'énergie, ouvrant droit à une prime d'une centaine d'euros par meuble, à comparer avec un « surcoût » de 700 E maximum dû aux portes. De quoi accélérer le retour sur investissement, estimé à trois ans maximum, et déjà dopé par les économies d'énergie réalisées. Un point fondamental, le froid alimentaire pesant lourd dans la facture énergétique des magasins, jusqu'à 40% pour un hyper, par exemple. La dernière raison de l'engouement pour le double vitrage tient à l'innovation que les fabricants ont apportée pour rendre les structures plus discrètes. « Nous avons dépouillé les portes des cadres qui empêchaient les clients de visualiser tous les produits. La surface vitrée a ainsi augmenté », témoigne Patrick Neri, directeur France de Koxka Réfrigération. Pour Philippe Crocherie, la pose de portes a aussi permis de gagner 18% de capacité de chargement de produits dans le meuble. « Auparavant, les produits situés sur le devant du meuble n'étaient pas réfrigérés correctement, cette place était donc perdue », décrypte-t-il. Sandrine Mercier remarque néanmoins que le merchandising doit être bien pensé en amont. « Il reste au final une barre de séparation des portes entre les meubles, qui peut masquer des produits. Nous avons modifié notre merchandising pour éviter que des produits ne soient cachés », confie-t-elle.

 

Des bilans positifs

Le chantier est donc bien engagé, et les enseignes, comme Casino (lire interview) ou Carrefour, tirent un bilan positif de la greffe des portes. « Cela nous fournit aussi l'occasion de rénover notre production de froid, en optant pour les fluides frigorigènes propres, comme le CO2 », se réjouit Sandrine Mercier. Ces prochaines années, les gaz les plus nocifs pour l'effet de serre vont en effet être progressivement bannis ou taxés. Un autre bouleversement en perspective dans les rayons frais.

Les chiffres

75% des meubles froid des enseignes alimentaires doivent être munis de portes d'ici à 2020
20% de consommation énergétique annuelle économisée au total pour un magasin
Sources : enseignes, Perifem

Les équipements qui ont la cote

- Les portes à double vitrage, à la fois plus efficaces sur le plan énergétique et éligibles aux certificats d'économies d'énergie
- Les portes battantes s'ouvrant jusqu'à 180°, avec un système de blocage pour permettre le réassort
- Pour l'éclairage, les tubes fluorescents sont incontournables, les leds restant onéreuses

Combien ça coûte ? 

- Un surcoût de 700€ à 1 000€ , en moyenne, pour installer des portes en double vitrage sur un meuble froid déjà installé ou neuf
- Un certificat d'économie d'énergie rapporte 100€ par mètre linéaire fermé en double vitrage
- Un retour sur investissement estimé à trois ans maximum

OTMANE HAJJI, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE GREEN YELLOW (GROUPE CASINO)


« 77 % de nos hypermarchés équipés à la fin de l'année »

LSA - Casino a été l'une des premières enseignes à tester les meubles fermés. Où en êtes-vous ?
Otmane Hajji - À fin 2012, 40% de nos hypers, soit 41 sites, étaient déjà équipés, ils seront 82 à la fin 2013. Cinq supermarchés le sont également, et nous en compterons 30 à 40 en fin d'année. Notre cahier des charges a évolué depuis un an : tous les nouveaux meubles de froid positif doivent être équipés de portes. L'essentiel des chantiers, aujourd'hui, concerne le « retrofit », c'est-à-dire l'équipement des meubles existants. Nous nous orientons vers le double vitrage, plus efficace sur le plan des économies d'énergies, éligible aux certificats d'économies d'énergie (CEE), et qui préserve une bonne visibilité des produits. Nous optons en général pour les portes battantes, qui correspondent aux besoins des hypers et de la plupart des supers. Il peut y avoir des exceptions, notamment du fait de la largeur des allées : des portes pliantes, par exemple, peuvent être installées pour préserver le confort des clients.
LSA - Qu'en est-il des économies d'énergie ?
O. H. - Sur le froid positif, le double vitrage fait chuter de 40 à 50% la consommation énergétique. Nous notons aussi des économies annexes : les besoins en production de froid ont réduit de moitié. Des gains que nous avons encore optimisés en installant des variateurs de vitesse sur les compresseurs des meubles, ou de la haute et basse pression flottante sur la centrale de production de froid.

PROPOS RECUEILLIS PAR F. M.

1 commentaire

Wulfou

25/11/2016 12h46 - Wulfou

Article intéressant mais qui sont ses installateurs de porte ? Ou en trouver ? Ce serait intéressant aussi.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2263

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous