La feuille de route des industriels des surgelés salés pour la rentrée

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les marques de surgelés salés frappent fort pour la rentrée de septembre. Chaque intervenant lance des projets conséquents pour dynamiser la catégorie des surgelés toujours dans le rouge (-0,3 % en valeur, CAD P6 IRI).

Les ouvertures aux nouveaux segments sont à la mode en septembre. Charal entre ainsi dans l'arène des plats cuisinés surgelés à base de viande avec quatre références afin de relancer le segment, en perte de vitesse depuis le scandale du horsegate. Iglo mise quant à lui sur le développement de la volaille surgelée et se développe sur le burger. « La volaille tire le marché avec une croissance de 5,6% en valeur. Aujourd'hui, il génère un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros et nous voulons le faire passer à 200 millions d'ici 2019 », confie Alain-Dominique Faure, président d'Iglo France. Ainsi, la marque lance une gamme de protéines (colin et volaille panés) Special Burger pour créer son sandwich chez soi. « Les produits ont la taille pour un burger mais le consommateur l'utilise comme il le souhaite », ajoute-t-il.

Findus, "le Zara de l'alimentaire"

Explorer de nouveaux horizons est également au goût du jour chez le leader des surgelés salés en France, Findus. La marque arrive avec une gamme de frites au four (classiques, allumettes et larges). « Les frites pour friteuses, qui représentent 3/4 du marché, sont en déclin alors que celles pour le four explosent », explique Caroline Nobilé, directrice marketing, innovations et R&D chez Findus. La marque, qui détient déjà une référence sur le marché, opte pour un positionnement accessible avec un prix de vente inférieur à McCain (1,55 euros environ). « On veut jouer sur le côté tradition et brasserie alors que McCain jouit davantage d'une image américaine », ajoute-t-elle. Objectif de Findus : écouler 300 tonnes de produits dans l'année.

Mais la marque ne s'arrête pas là. Elle étoffe fortement ses gammes existantes : des pousses d'épinards légèrement assaisonnées, nouvelles références de soupe (9 légumes et potiron-fromage), lancements sur Speed Pocket (poulet-mozzarella-basilic et saucisse-ketchup-fromage)... Avec 30 à 40 innovations par an, la marque qui se définit comme le Zara de l'alimentaire, compte dépasser les 10 % de part de marché valeur fin 2015. Elle s'ouvrira également à un nouveau segment en avril 2015. Suspens !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA