La filière de la puériculture écrit au Premier ministre

|

A leur tour, les acteurs de la puériculture écrivent au Premier ministre Jean Castex pour dénoncer une situation ubuesque : alors que leurs produits ont été reconnus comme "essentiels", les commerces spécialistes du secteur sont frappés de fermeture... alors que les grandes surfaces alimentaires peuvent, eux, continuer à vendre de la puériculture.

Les fabricants et distributeurs spécialistes d'articles de puériculture ont écrit une lettre ouverte au Premier ministre, Jean Castex, pour s'élever contre la fermeture touchant les commerces spécialistes alors que ces produits sont considérés comme "essentiels" et autorisés à la vente dans les hypers et supermarchés.
Les fabricants et distributeurs spécialistes d'articles de puériculture ont écrit une lettre ouverte au Premier ministre, Jean Castex, pour s'élever contre la fermeture touchant les commerces spécialistes alors que ces produits sont considérés comme "essentiels" et autorisés à la vente dans les hypers et supermarchés. © 123rf

A ce rythme, la boîte aux lettres de Jean Castex devrait bientôt exploser... Après les acteurs du jouet, c'est au tour de la filière de la puériculture d'écrire au Premier ministre pour réclamer la réouverture de ses commerces et la fin d'une situation aussi kafkaïenne qu'injuste, déjà dénoncée via une pétition lancée en fin de semaine dernière.

En cause : d'abord frappés de fermeture, les commerces spécialistes avaient pu brièvement rouvrir à partir du décret du 2 novembre qui ajoutait la puériculture à la liste des produits dits "essentiels". Las, le décret du 6 novembre, stipulant que les commerces visés par la fermeture dans le 1er décret du reconfinement devaient rester clos, a à nouveau contraint les commerces à rebaisser le rideau. Une décision difficile à comprendre... surtout quand les grandes surfaces alimentaires peuvent, elles, continuer à vendre des articles de puériculture. Outre le non-sens de telles mesures, la filière dénonce donc également une distorsion de la concurrence et demande l'annulation du décret du 6 novembre dernier.

LETTRE OUVERTE DE LA FILIÈRE PUÉRICULTURE À MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE
Monsieur le Premier Ministre,
 
La filière puériculture, qui regroupe des industriels, grandes enseignes et commerçants indépendants assurent aux parents la possibilité d’équiper leur bébé avec des produits sûrs, contrôlés par des organismes indépendants, permettant ainsi aux premiers jours de la vie de se dérouler dans les meilleures conditions possibles.
 
Aujourd’hui, nous, professionnels de la puériculture, devons subir la plus grave crise que notre secteur a connue depuis des décennies, crise due à plusieurs facteurs : la baisse de la natalité, le décalage du versement de la prime de naissance, les mouvements sociaux dont celui des « gilets jaunes » et cette année, les mesures de confinement.
 
Les conséquences pour notre filière se traduisent déjà par des fermetures et des faillites et les remontées du terrain que nous avons, laissent à penser que le pire est devant nous.
 
Concernant la crise sanitaire et les mesure qui s’ensuivirent, nous vous demandons instamment de revenir sur le décret du 6 novembre qui annulait celui du 2 novembre autorisant les magasins de puériculture à ouvrir pour vendre des produits essentiels. Cette mesure, nous ne la comprenons pas et ne pouvons l’accepter.
 
En effet, la puériculture doit relever du commerce dit essentiel : essentiel pour nos enfants pour leur permettre de dormir sur un bon matelas et de se déplacer dans une poussette, un siège auto ou un porte bébé, en toute sécurité, pour la plus grande sérénité de leurs parents.
 
Or, à ce jour, seuls les hypers et supermarchés sont en mesure de vendre des produits de puériculture. Décision qui nous parait totalement illogique et injuste.
 
La grande distribution, bien qu’ayant des rayons bien achalandés de produits de qualité, ne peut distribuer une gamme de produits aussi large et technique que les nôtres.
 
Aujourd’hui, c’est l’ensemble de la profession, fabriquant, fournisseur, distributeur qui souhaite vous interpeller, car nous ne voulons pas disparaître.
 
Sachez, Monsieur le Premier Ministre que, depuis le début de la crise de la Covid 19 :
 
- Nous, les « pros du bébé », avons réorganisé nos points de vente afin de respecter scrupuleusement les gestes barrières et les consignes de sécurité sanitaires. Nos équipes ont été formées et ont organisé les rayons en respectant les jauges d’accueil, la distanciation sociale et les déplacements à l’intérieur de nos structures.
 
- Nos trésoreries se détériorent de jour en jour, et nos stocks ne s’écoulent plus, alors que nous devrions être en mesure de proposer des jouets d’éveil et des produits de pédiatrie élémentaires au développement du bébé, que fabriquent et distribuent nos fournisseurs. Ces derniers sont, je vous le rappelle, pour la plupart français produisant dans l’Hexagone.
 
- Nous les « pros du bébé » industriels et distributeurs, nous avons fabriqué ou stocké les produits nécessaires aux ventes de fin d’année. Nous avons organisé nos opérations après le premier confinement pour répondre aux besoins de nos clients. Mais aujourd’hui, comme eux nous sommes inquiets.
 
- Les fêtes de Noël représentent un pic d’activité crucial pour notre secteur, environ 25 % de notre chiffre d’affaires.
Monsieur le Premier Ministre, nous ne sous-estimons pas les difficultés de gérer une crise sanitaire de cette ampleur, et les arbitrages qui doivent être nombreux et parfois douloureux à prendre.
 
Cependant, la puériculture est un commerce essentiel et laisser seule à la grande distribution la possibilité de vendre quelques produits nous est insupportable, au propre comme au figuré.
 
Laisser nous exercer notre profession afin d’éviter des faillites en cascade et le chômage pour nos collaborateurs. Il faut nous aider pour que les magasins rouvrent dès maintenant, sans quoi toute la filière puériculture risque de mourir !
 
Nous comptons sur vous.
 
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre très haute considération.
 
Signataires
Laurent MINAUD
Directeur Général Autour de Bébé
 
Frédéric JAMET
Président CANDIDE
 
Florence DUBREUIL
Directrice France ERGOBABY
 
Elodie MORNET
President DOOKY BABYPARTNERS
 
Cédric RODRIGUES
Directeur Commercial CHILDHOME
 
Olivier CHAMEYRAT
Directeur Général Bébé9
 
Pierre MESTRE
Président NewOrch-Orchestra
 
Franck DEKEYSER
Président BABY CALIN
 
Pascal MIGNOT
Directeur COMBELLE
 
Charles KEHOE
Président GAMIN TOUT TERRAIN
 
Sébastien CHARLES
Directeur Général PABOBO
 
Arnaud THIOLLIER
CEO BABYMOOV
 
Jean Christophe BATT
Directeur Commercial RENOLUX
 
Anthony Van Der HEYDEN
Directeur Commercial BREVI – SKIP HOP
 
Sophie HUARD
Directrice Commerciale JE PORTE MON BB
 
Eric BENSAID
Directeur Commercial BRITAX RÖMER
 
Michaël ROUSSEL
Directeur France DONE BY DEER
 
Lyliane MUON
Présidente MADE4BABY
 
Jacques VAILLANT
Directeur Général THERMOBABY 
 
Arnaud LEROUX
Directeur Commercial BUGABOO
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message