La filière du foie gras en alerte

Alors que la filière du foie gras est contrainte de geler sa production de canards dans 18 départements du Sud-Ouest, la députée Europe Ecologie les Verts, Laurence Abeille tenait ce mardi 19 janvier 2016 à l’Assemblée nationale une conférence de presse pour présenter un projet de loi visant à interdire le gavage des canards.  Guest star du point presse, l’actrice américaine Pamela Anderson, végétarienne et farouche militante de la cause animale.

C’est ce mardi 19 janvier que se tenait à l’assemblée nationale une conférence de presse organisée à l’initiative de la députée Europe Ecologie les Verts, Laurence Abeille pour présenter un projet de loi visant à interdire le gavage des palmipèdes dont est issu le foie gras. Pour être sûre de faire le buzz, Laurence Abeille n’a pas hésité à inviter l’actrice américaine Pamela Anderson, vedette de la série Alerte à Malibu, par ailleurs végétarienne et farouche militante de la cause animale. De quoi mettre l’Assemblée nationale en alerte? Si le buzz et les jeux de mots faciles ont envahi la toile, la démarche est  moyennement appréciée par la filière en prise depuis la fin du mois de novembre avec une épizootie d’influenza aviaire. « Les professionnels de la filière du foie gras  s’étonnent (…) qu’une élue de la République se fasse un coup de pub  en choisissant une actrice américaine  de séries télé des années 80 pour condamner la production de l’un des fleurons de la gastronomie et de la culture française », indique le comité Interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog).

L’heure est d’autant plus grave que depuis ce lundi 18 janvier 2016, interdiction a été faite aux producteurs de palmipèdes d’installer de nouveaux animaux dans les élevages d’oies et de canards. Cette interdiction concerne 18 départements du Sud-Ouest. Cette mesure doit permettre de réaliser un vide sanitaire dans les élevages afin d’éradiquer l’épizootie. « Cette démarche aura de lourdes conséquences économiques pour l’ensemble de la filière, estimées entre 300 et 350 M€ », indique le Cifog. L’interprofession en profite pour rappeler que des investissements pour un montant de plus de 110 M€ viennent d’être réalisés  dans les élevages en faveur du bien-être animal, afin d’appliquer les nouvelles normes européennes

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message