La fintech : une réponse aux attentes des nouveaux consommateurs ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

PUBLI-RÉDACTIONNEL Le développement des usages sur smartphone a favorisé l’émergence d’une nouvelle catégorie de consommateurs, qui est à la recherche à la fois de simplicité et de services innovants. La fintech s’inscrit dans cette logique en modifiant le rapport à l’argent de cette génération de « millenials ».

Fivory

Le mobile a profondément modifié la manière de consommer. Et cela est d’autant plus vrai avec l’émergence d’une nouvelle génération de consommateurs. Âgés de 16 à 40 ans, ils se démarquent par leur usage permanent du digital. Musique, courriers, achats : tout passe par leur smartphone. « Ce changement qui s’effectue via le mobile affecte toute une catégorie de consommateurs. Ces derniers adoptent ainsi de nouveaux comportements d’achat et de communication, confirme Anthony Delorme, directeur marketing de Fivory. Par exemple, ils utilisent en masse les réseaux sociaux, n’envoient plus spécialement d’emails mais utilisent Snapchat, écrivent des articles sur Medium… C’est une génération qui fera les usages de demain et crée d’ores et déjà un écosystème inédit, dans lequel s’inscrit notamment la fintech. »

Adopter des codes inédits

S’adresser à cette génération suppose alors d’adopter les codes qui lui sont propres. Ainsi, une marque qui souhaite communiquer avec elle prendra en compte les outils actuellement plébiscités. Elle doit être présente sur Facebook, entre autres, et déployer des services innovants en points de vente. Dans le cas de la fintech, il s’agit de changer le rapport qu’ont les consommateurs « nouveaux » avec l’argent. Emprunter, consulter ses comptes ou payer ne peuvent plus se concevoir de la même manière. La fintech repense les services financiers et bancaires grâce à des technologies innovantes. On parle désormais de crowfunding ou de financement participatif (des particuliers investissent dans les projets qui les séduisent), de cagnottes virtuelles organisées entre plusieurs personnes, mais aussi de « cashless », c’est-à-dire une dématérialisation du moyen de paiement. Plus de monnaie, ni de carte de paiement ou de titres restaurant : les usagers paient de manière digitalisée, notamment via leur smartphone. « De plus, nous évoluons aujourd’hui dans une logique où les choses doivent prendre de moins en moins de place. Tout tient dans un même et unique appareil. La fintech n’échappe pas à ce constat. C’est pourquoi la dématérialisation des paiements a un rôle important à jouer. Auparavant, un commerce s’équipait de systèmes de caisses, énormes et encombrants. Maintenant, n’importe quel food truck parisien encaisse avec une tablette », ajoute Anthony Delorme.

La fintech au plus proche du consommateur

La dématérialisation du moyen de paiement s’inscrit dans les comportements de cette nouvelle génération désormais « sociale » et connectée. La fintech s’invite dans le quotidien de ces consommateurs, à travers notamment un déploiement en retail . Elle prend une dimension mobile et même géo-sociale. En quelques clics, l’utilisateur a accès à tous les commerces proches de chez lui proposant le paiement mobile.

 

Contenu proposé par Fivory

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA