La Fnac et les grandes surfaces alimentaires vont devoir fermer leurs rayons livres

|

La Fnac, de même que les hypermarchés et supermarchés, vont devoir fermer leurs rayons livres. Une décision prise au nom de l'équité envers les autres librairies, fermées quant à elles, mais qui fait finalement les affaires d'Amazon...

Plus de livres vendus dans les magasins Fnac et les GSA pendant le confinement.
Plus de livres vendus dans les magasins Fnac et les GSA pendant le confinement.

La Fnac, ce matin, avait créé la surprise en décidant de maintenir ses magasins ouverts. Revirement, ce soir, avec, selon des informations dévoilées par Europe 1, Bercy qui décide que la Fnac, comme les enseignes de la grande distribution alimentaire, vont devoir fermer leurs rayons livres. « Puisque les librairies sont contraintes à la fermeture, la Fnac et la grande distribution, autorisés, eux, à ouvrir, doivent fermer leurs rayons livres », indique Europe 1.

Cette décision vient d’être prise à la suite d’une réunion de crise qui s’est tenue à Bercy, en présence de représentants de la grande distribution, de la Fnac, de Cultura et de grands acteurs du secteur de la librairie, selon les informations d’Europe 1.

Amazon se frotte les mains

La Fnac confirme cette décision en publiant un communiqué d’Enrique Martinez, directeur général du groupe Fnac Darty : « Face au constat de l’impossibilité d’une ouverture de l’ensemble des acteurs de la vente de livres, souhaitée et soutenue par la Fnac, et dans un souci de responsabilité, j’ai décidé la fermeture de l’ensemble des rayons culture de nos magasins Fnac, dans toute la France, à compter de demain matin et pour les prochains 15 jours », déclare-t-il, avant de préciser que « l’ensemble des activités essentielles, telles que permises par le gouvernement, resteront ouvertes en magasin. » Les services de click & collect restent, eux aussi, ouverts dans tous les magasins. En clair : désormais, c’est officiel, pour continuer à acheter des livres en France, il n’y a plus que la vente en ligne comme solution. C’est Amazon qui doit se frotter les mains…

La réaction d'Alexandre Bompard

Alexandre Bompard, PDG du groupe Carrefour, et pour la petite histoire ancien PDG de Fnac, réagit à son tour, via twitter: 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations