La Fnac prête pour une grande année 2016

|

Fort de bases consolidées – un chiffre d’affaires stable et des résultats en hausse –, le groupe d’Alexandre Bompard peut regarder vers l’avenir avec un peu de sérénité. Cela tombe bien : cette année 2016 qui débute s’annonce riche en événements avec le rachat en cours de Darty.

Fnac - Darty
Fnac - Darty © Montage photo

Le plan 2015 s’achève et, maintenant, la Fnac peut regarder droit devant. Les réductions de coûts engagées ont porté leurs fruits, l’hémorragie du chiffre d’affaires a été stoppée et, surtout, les résultats améliorés. Bref, les bases sont renforcées. Disons au moins stabilisées, mais c’est finalement l’essentiel pour qui entend bâtir quelque chose de neuf. Car c’est bien de cela dont il s’agit dorénavant… « 2016 sera une année majeure pour notre enseigne, et nous sommes en position de force, avec un modèle robuste et cohérent, pour l’aborder », assure ainsi Alexandre Bompard, PDG de la Fnac, à l’occasion de la présentation des résultats annuels de son groupe le 18 février.

Et si cette année sera « majeure », comme il dit, c’est bien évidemment du fait du rapprochement avec Darty. Le dossier vient d’être transmis, le 17 février, aux Autorités de la concurrence française et belge. Il suit son cours et sera ensuite présenté aux assemblées générales des actionnaires des deux groupes. Le tout pour, si tout va bien, une concrétisation du mariage durant le second semestre de l’année.

Avec respectivement 80% et 72% des ventes réalisées en France pour Darty et pour la Fnac, on devine aisément que le chantier principal va être engagé en métropole. La Fnac y exploite 124 magasins et Darty, 286. Le poids des deux enseignes cumulés y atteint 5,6 milliards d’euros, Darty dépassant la Fnac de 30 millions d’euros tout juste, à 2,81 milliards d’euros pour son exercice 2014-2015, achevé en avril, contre 2,78 milliards d’euros pour la Fnac en 2015. « Darty nous est apparu comme une opportunité stratégique naturelle, de par la complémentarité de son réseau avec le nôtre », avance ainsi Alexandre Bompard.

S’unir, pour consolider le marché

Avec un poids potentiel de près de 7,5 milliards d’euros, ce nouvel ensemble Fnac-Darty, au sein duquel chacune des enseignes conserverait évidemment son existence propre, deviendrait un « grand leader européen », comme le souligne Alexandre Bompard. À l’entendre, une nécessité que d’ainsi s’unir, pour consolider le marché. « Nous devons faire face à la concurrence des pure players, mais aussi à celle des groupes historiques qui, du fait de développements ou rapprochements successifs, comme Carrefour avec Rue du Commerce, Casino avec Cdiscount ou encore Auchan avec Boulanger, sont devenus eux aussi des acteurs sinon importants sur ces marchés, du moins actifs », explique le PDG de la Fnac.

En somme, grandir, et se diversifier, pour être plus fort… Ce qui est vrai pour l’organisation même du groupe l’est visiblement aussi dans les magasins, au contact des clients. La Fnac entend d’abord accélérer le développement de son parc, aidé en cela par les ouvertures en franchises, plus souples (et moins coûteuses) à organiser. Une vingtaine d’inaugurations sont prévues pour 2016, dont 15 rien qu’en France, « où nous accélérons », se réjouit le PDG. Le tout, surtout, sous différents formats, ce qui permet, là encore, de jouer des variations pour gagner en agilité commerciale.

Sur les 199 magasins Fnac dans le monde, 46 sont déjà exploités sous ces formats nouveaux, initiés à compter de 2010 : 21 en « travel », dans les gares ou les aéroports, 23 en proximité, pour les zones de chalandise de moins de 100 000 habitants et 2 Fnac Connect, dédiées à tout ce qui est lié à la connectivité.

Ajoutez à cela le web, devenu un canal primordial de la stratégie de la Fnac, couplé au maximum à ce qu’il se passe en magasins… Les ventes omnicanal représentent 46% des commandes internet de fnac.com en 2015, contre 35% en 2014. Et puis, surtout, via sa place de marché, qui pèse déjà « près de 20% du volume d’affaires internet en 2015 », la Fnac entend également, comme pour le sport récemment, partir à la conquête de nouveaux pans d’activité. En clair, le Fnac s’agite tous azimuts pour faire de cette année 2016 un cru d’exception. Les paris sont certes nombreux, et les incertitudes conjoncturelles aussi, mais puisque les bases sont solides, c’est donc plutôt la sérénité qui prime.

Les projets à mener

  • Concrétiser le mariage avec Darty, un dossier désormais entre les mains de l’Autorité de la concurrence.
  • Poursuivre les développements propres à la Fnac, dont le nouveau concept librairie, attendu à Vélizy en mai.
  • Continuer la diversification (marketplace).
  • Développer le parc (20 ouvertures, dont 15 en France).

Une cinquième année de recul des ventes, mais…

Évolution du chiffre d’affaires de la Fnac depuis 2010, en %

Source : Fnac

Pour la deuxième année consécutive, la Fnac parvient à stopper l’hémorragie de son chiffre d’affaires. Surtout, en France, où le groupe réalise 72 % de ses ventes, c’est bien la croissance qui est au rendez-vous : + à 0,4 %, après déjà une progression de 0,5 % en 2014.

Un résultat opérationnel qui progresse encore Évolution du résultat opérationnel courant (ROC) en M €

Source : Fnac

+9, +5, +8… Voilà trois ans de suite que la Fnac peut publier un ROC en progression. Avec 22 millions d’euros de plus en trois ans, voilà le groupe revenu au niveau de 2011. Prochain enjeu : dépasser à nouveau la barre des 100 millions, comme au bon vieux temps.

Fnac-Darty, vers un groupe multispécialiste de 7,5 mrds €

Ne pas être trop dépendant d’une seule catégorie de produits est toujours un plus… Cela permet, si jamais un marché est à la peine, de pouvoir compter sur un autre, pour se rattraper. En cela, l’alliance du blanc, chez Darty, et des produits éditoriaux de la Fnac pourra être un avantage. La grande question sera dans l’équilibre à trouver pour les produits bruns et gris, sur lesquels les deux enseignes sont le plus souvent en concurrence frontale. Mine de rien, ces deux segments représentent 3,7 Mrds € de cet ensemble culminant à 7,5 Mrds €.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2401

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous