La Fnac veut attirer les start-up

|

La Fnac, qui a lancé, , il y a maintenant trois ans, son service Fnac Pro afin d'accompagner les PME et TPE dans leur équipement high-tech, va plus loin désormais et crée son prix « Start-up Fnac Pro ».

Première édition pour ce prix Fnac Pro.
Première édition pour ce prix Fnac Pro.

La première édition se déroule du 6 octobre au 27 novembre 2014 sur le site fnacpro.com. Toutes les entreprises désireuses de participer doivent remplir évidemment quelques critères de base : avoir moins de quatre ans d’existence, ne pas bénéficier d’une levée de fonds supérieure à un million d’euros et avoir son siège social en France.

Les candidats ont jusqu’au 26 octobre pour déposer leur dossier. Après quoi, vingt-cinq projets seront présélectionnés par des experts de la Fnac avant d’être soumis au vote du public et des clients de fnacpro.com.

14 000 € DE PRIX

À l’issue des deux semaines de votes prévues, les dix start-up qui auront totalisé le plus de voix se présenteront devant un jury professionnel composé de huit personnalités – investisseurs, entrepreneurs, responsables d’incubateurs, experts Fnac et journalistes –, qui éliront trois finalistes lors d’un événement organisé le 27 novembre.

Les trois lauréats ainsi désignés bénéficieront de l’accompagnement de Fnac Pro pour un montant total de 14 000 € afin d’équiper leur entreprise: 10 000 € pour le premier prix, 3 000 pour le deuxième et 1 000 pour le troisième.

Fidéliser dès le berceau

Selon Jean-Baptiste Prévoteau, directeur de l’activité Fnac Pro, interrogé par Le Figaro, « quelques centaines de candidatures » sont ainsi attendues, et ce sur de multiples domaines d’activités.

De quoi en tous cas permettre à la Fnac de fidéliser ces entreprises « dès le berceau »… Et se donner, assurément, une image technophile intéressante. Quitte d’ailleurs, qui sait, à prendre connaissance, bien en amont, des projets qui, demain, pourraient s’avérer être les best-sellers.

Finalement, et toutes proportions gardées, un peu dans le même esprit que le projet Quirky, dont Auchan s’est emparé en France. Ou encore en lien, au moins intellectuel disons, avec ce que fait Neoshop depuis un an à Laval

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter