La Fnac veut faire plus simple et mieux

|

L'enseigne s'attaque à l'harmonisation des statuts des magasins. Et réorganise sa direction générale.

L'enlisement des conflits sociaux du printemps 2002 avait lourdement pesé sur le bilan de la présidence de Jean-Paul Giraud (lire LSA n°1759). C'est donc sur ce dossier que son successeur, Denis Olivennes, nommé en avril dernier, était attendu en priorité. Aujourd'hui, l'ex-directeur général de Canal+ franchit une étape clé, en proposant de réunir l'ensemble des Fnac parisiennes sous un seul et même statut social et juridique.

Concrètement, il s'agit d'intégrer les magasins de la Bastille et du boulevard des Italiens, jusqu'à présent rattachés à ceux de la banlieue, ainsi que celui des Champs-élysées, qui bénéficie d'un statut à part, à la société Fnac Paris SA. « Le développement de la Fnac s'est accompli dans le cadre de statuts juridiques et sociaux différents, observe Denis Olivennes. Si, à l'époque, ceux-ci avaient leur justification, cette multiplicité est aujourd'hui un facteur de complexité. »

Dans le même esprit, la direction propose que la Fnac Val d'Europe (Val-de-Marne), qui dispose d'un statut particulier, rejoigne la société Codirep, en charge de l'exploitation des magasins de la région parisienne. « Il s'agit d'un premier pas important dans la réduction des disparités sociales, commente Christian Lecanu, délégué central CGT. Nous resterons cependant extrêmement vigilants quant au maintien de certaines spécificités, notamment en ce qui concerne la Fnac des Champs-élysées. Enfin, la victoire n'est pas totale, car nous pensons encore que la distinction entre les magasins de banlieue et ceux de Paris n'a pas lieu d'être. »

Première étape fixée au 1er janvier

Sur le plan du calendrier, « notre objectif est qu'au premier janvier 2004, après travail avec nos partenaires sociaux, l'ensemble des magasins soient rattachés à trois sociétés au lieu de six actuellement, précise Anne-France Lucas, directeur des relations sociales. Fnac Paris, pour les magasins parisiens, Codirep pour ceux de la banlieue, Relais pour ceux situés en province ».

Ce projet va de pair avec une réorganisation de la direction générale de l'enseigne. Outre le remplacement du directeur des ressources humaines, deux grands pôles sont créés : une direction générale France regroupant le marketing, la logistique, les ventes et services. Et une direction générale internationale, qui rassemble également les activités internet et les filiales (Surcouf, Pôle Enfant, Fnac Service).

Une réorganisation censée également « simplifier le fonctionnement global de l'entreprise ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1829

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous