La FNSEA et Coop de France interpellent le ministre de l’Agriculture sur l’indexation des prix

Le syndicat agricole et le mouvement coopératif veulent que soient mis en place les indicateurs déclenchant l’ouverture de négociations commerciales avec les enseignes.

Il y a quelques semaines était signé au ministère de l’Agriculture un accord d’indexation de prix sur les matières premières par la grande distribution, les filières agricoles de transformation, Coop de France, la FNSEA et l’état. Celui-ci prévoyait l’établissement d’indicateurs de volatilité qui, au-delà du seuil de 10 % pendant trois mois, devait donner lieu à l’ouverture de négociations commerciales entre producteurs et enseignes. Dans un courrier commun, la FNSEA et Coop de France interpellent Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture. « Il est nécessaire, comme vous vous y étiez engagé, de publier l’ensemble des indicateurs mentionnés dans l’accord, qu’il s’agisse de la variation de prix de l’alimentation animale et la dégradation de la situation économique des éleveurs, mais aussi des coefficients techniques qui permettront d’objectiver l’impact de ces hausses dans les produits alimentaires », indique le courrier au ministre. Cette lettre suit de nombreuses déclarations de présidents de fédérations de l’alimentaire (viande, volaille, charcuterie) qui se plaignent de ne pouvoir répercuter la hausse des tarifs.  
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter