La formation en ligne prend son envol

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

FOCUS La distribution se met à l'e-learning. Un moyen parfaitement adapté aux contraintes organisationnelles du secteur pour répondre rapidement à ses importants besoins en formation.

Assurément, 2008 sera une année décisive pour l'e-learning. Un temps décriée, l'autoformation en ligne est en train d'acquérir ses lettres de noblesse. Toutes les enseignes, même les plus réticentes au départ, s'y mettent progressivement. Il faut dire que la méthode a gagné en maturité et offre des programmes de plus en plus interactifs et conviviaux. Le temps où le salarié se retrouvait seul face à son écran d'ordinateur sans le moindre accompagnement est révolu. Pour garantir une meilleure assimilation, les entreprises privilégient désormais les formules combinant cours à distance et séances en présence d'un tuteur. « L'e-learning ne remplace pas le formateur, mais prépare le collaborateur à son départ en formation. Ainsi, lorsqu'il arrive en stage, il a déjà des connaissances, ce qui rend la séance présentielle plus efficace. D'autant que les modules e-learning contiennent des évaluations intermédiaires pour permettre au stagiaire de tester ses acquis », précise Jean-Mary Marie, directeur des ressources humaines de Mr. Bricolage. Même son de cloche chez The Phone House : « Notre objectif n'est pas de remplacer le présentiel, mais d'aller vers un mixte, ou " blended learning " », confirme Marie-Hélène Plainfossé, la DRH.

 

Former en un temps record

Plus économique que les stages classiques, l'apprentissage en ligne offre surtout l'avantage de pouvoir former un nombre important de salariés dispersés sur plusieurs sites. « L'utilisation de l'e-learning nous permet de déployer un programme de formation dans nos 218 hypermarchés en même temps, et de gagner du temps sur sa diffusion », explique Jérôme Gantin, directeur de la formation de Carrefour. Non seulement la formule raccourcit le temps et les distances, mais elle permet aussi un apprentissage progressif. Les sessions durent rarement plus de trente minutes et offrent au stagiaire une grande souplesse d'organisation, puisqu'il peut se consacrer à sa formation sur son lieu de travail, quand il le souhaite... ou plutôt, quand il a un moment de libre. « Avec l'e-learning, les stagiaires sont très concentrés et on économise 50 % du temps de formation », souligne Marie-Hélène Plainfossé.

Du coup, l'engouement gagne les rangs de la distribution. L'enseigne de prêt-à-porter Kiabi qui, jusqu'ici, s'était contentée de développer des outils d'autoformation via son intranet maison, envisage de franchir le cap en fin d'année 2008 et d'intégrer l'e-learning dans le dispositif global de formation de l'entreprise. Le Printemps tentera doucement l'expérience cette année, avec la mise en place d'une petite plate-forme sur un site en région parisienne, avant de le déployer sur l'ensemble de ses magasins. Système U, lui, a annoncé au cours de sa convention annuelle, fin novembre, la généralisation de cet outil qui sera notamment utilisé en 2008 pour former les ELS aux « basiques du métier d'employé commercial » et à « l'esprit U ».

Des thématiques simples qu'a également cherché à exploiter Boulanger en lançant un programme, fin 2007, destiné à former les salariés en CDD, embauchés en grands renforts pour les fêtes de Noël. Près de 600 personnes ont ainsi été sensibilisées aux valeurs de l'enseigne, et formées aux produits et la relation client, en un temps record ! « L'e-learning s'adapte parfaitement à la saisonnalité des ventes », constate Éric Tissot, responsable de la formation. Le test s'étant avéré concluant, le spécialiste en électroménager et multimédia prévoit de lancer un nouveau module chaque mois à partir de janvier. Dans un premier temps, ce seront les 2 000 vendeurs de Boulanger qui vont tester l'e-learning, puis les hôtesses de caisse, les conseillers services et les managers...

 

De l'e-learning au game-learning

Car, fait nouveau, l'apprentissage en ligne ne s'adresse plus aujourd'hui essentiellement à une population de cadres. Les distributeurs qui le pratiquent maintenant depuis un moment l'utilisent déjà à grande échelle et l'appliquent à l'ensemble de leurs collaborateurs. C'est le cas notamment de Carrefour qui, cette année, entreprend de mettre ses 20 000 assistantes de caisse à l'e-learning, soit environ un tiers des effectifs de l'enseigne.

Chez Conforama, la formation en ligne devrait également prendre un nouveau tournant. Tous les entrants vont bénéficier des bienfaits de l'autoformation. Un moyen d'acquérir au plus vite les notions indispensables à leur prise de fonction, qu'ils pourront mettre immédiatement en pratique sur le terrain, avant d'être approfondies deux à trois mois plus tard par un stage. Une façon aussi d'obtenir une intégration plus rapide et de fluidifier les entrées en formation classique.

Néanmoins, si l'on assiste en 2008 à une véritable montée en puissance de l'apprentissage e-learning, pour l'instant, celui-ci représente rarement plus de 10 % de l'effort de formation. À une exception près : Leroy Merlin, qui s'intéresse à ce mode pédagogique depuis 2001 et lui consacrait, en 2007, 36 % de son offre de formation, soit 90 modules allant de l'apprentissage métiers aux formations produits, en passant par des cursus en management et en développement personnel. Pour 2008, le spécialiste du bricolage continue de regarder vers l'avenir, avec pour objectif de passer de l'e-learning au game-learning. « L'e-learning reste très statique, et l'interactivité faible. Pour s'adapter aux attentes de la jeune génération, habituée à surfer sur internet, l'apprentissage doit être plus ludique et s'ouvrir sur la 3 D », reconnaît Édouard Dorges, directeur de la formation Leroy Merlin France. Une deuxième étape est maintenant à franchir, le monde virtuel de Second Life a donné le « la » : à votre avatar, désormais, de se former...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2026

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA