La France au deuxième rang des pays les plus attractifs pour les enseignes internationales

|

Selon l’enquête de l’expert CBRE sur les projets d’implantation des enseignes parmi les pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique (EMEA), la France se hisse à la deuxième place, avec 43 % d’intentions d’ouvertures. Seulement dépassée par le Royaume-Uni où la cote atteint les 65% de ciblage par les enseignes

L’enquête CBRE montre que 51% des interrogés ont l’intention d’ouvrir jusqu’à 5 magasins dans la zone EMEA d’ici fin 2017. Dont 80% en boutiques de pieds d’immeubles et de centres commerciaux régionaux (Photo : centre Beaugrenelle à Paris).
L’enquête CBRE montre que 51% des interrogés ont l’intention d’ouvrir jusqu’à 5 magasins dans la zone EMEA d’ici fin 2017. Dont 80% en boutiques de pieds d’immeubles et de centres commerciaux régionaux (Photo : centre Beaugrenelle à Paris).

La France garde la cote auprès des enseignes internationales. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par l’expert CBRE sur leurs stratégies d’implantation en 2017. Notre pays arrive, en effet, à la seconde place des pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique (EMEA) les plus attractifs pour lesdites enseignes. Selon le communiqué de la société spécialisée dans les secteurs des services et de l'investissement en immobilier d'entreprise, "43 % des enseignes interrogées déclarent vouloir ouvrir des boutiques en France en 2017".

Le Royaume-Uni en tête

La France se place ainsi juste après le Royaume-Uni (65%) et devant l’Allemagne (38 %). Suivent ensuite les Emirats Arabes Unis, l’Espagne, les Pays-Bas et la Hongrie. L’enquête de CBRE montre également que 51% des interrogés ont l’intention d’ouvrir jusqu’à 5 magasins dans la zone EMEA d’ici fin 2017 (dont 80% en boutiques de pieds d’immeubles et de centres commerciaux régionaux), même si elles restent prudentes dans un contexte d’incertitudes politique et économique.

Des hausses de coûts inquiétantes

Cependant, 57 % des enseignes interrogées indiquent que la hausse des coûts est l’un des principaux freins qui pourrait peser sur leurs plans de développement cette année. Elle est suivie par le manque d’offre prime pour 51% et les incertitudes économiques pour 49 %. En revanche "81 % des enseignes déclarent que la croissance des ventes en ligne n’aura pas d’impact sur le développement des boutiques en Europe. Le point de vente physique reste ancré dans les habitudes de consommation et il est considéré comme une vitrine des marques et un lieu de vie incontournable pour les clients".

Incontournables réseaux sociaux

Autre évolution des temps, les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de la politique de développement des enseignes puisque 78 % des sondés déclarent qu’ils les utilisent déjà dans leurs boutiques ou le feront à court terme, devant l’accès au Wi-Fi (53 %) et les écrans interactifs (34 %). "Les nouvelles technologies sont une dimension essentielle du commerce, que ce soit pour la vente en ligne ou la vente en boutiques. L’expérience clients en boutique est en plein essor (écrans interactifs, cabines d’essayage virtuelles) et permet ainsi de mieux connaître et analyser les comportements des clients pour toujours mieux répondre à leurs besoins".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message