La fronde silencieuse des salariés français d'Apple

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Une entreprise qui affiche la plus grosse capitalisation boursière des États-Unis peut refuser des fontaines à eau à ses salariés. Apple affronte la première grève de son histoire en France. Une drôle de grève.

Après trois ans de bataille, les 1 500 salariés des magasins Apple en France viennent enfin d'obtenir des titres restaurant d'un montant de 8,50 €. Un peu juste pour déjeuner dans le quartier de l'Opéra Garnier ou du Louvre, où sont situés les deux magasins parisiens.

Une centaine des salariés français, soit un peu moins de 10% des effectifs, selon les syndicats, ont choisi le jour de sortie de l'iPhone 5, le 21 septembre, pour exprimer leur colère contre leurs conditions de travail. En silence. Sollicités par la presse dans le magasin d'Opéra, ils répondent par un laconique : « Nous sommes là pour répondre à des questions sur les produits. » Et quand ils se confient du bout des lèvres, c'est en guettant s'ils sont surveillés par leur hiérarchie.

 

Pas de verre (d'eau) dans les magasins à la pomme

S., 25 ans, qui travaille dans le flagship d'Opéra à Paris, lâche, en tripotant nerveusement son portable (pas un iPhone !) : « On se bat pour avoir des fontaines à eau, et, au Louvre, ils réclament un système correct de climatisation ». Un peu raide pour Opéra qui dégage un chiffre d'affaires quotidien de 1 million d'euros. « Nous n'avons ni primes, ni treizième mois, ni augmentations de salaire », poursuit S. qui gagne un peu plus que le Smic en tant que technicien vendeur et qui arbore en ce jour de grève un bracelet vert frappé de l'inscription « Believe » (croire) pour témoigner, avec ironie, des conditions de travail.

 

Le Cidre dénonce

Le principal syndicat, avec 72% de représentativité, le Cidre (Club interstore désigné pour représenter les salariés), rattaché à la CFTC, dénonce une « politique salariale opaque et un manquement manifeste aux besoins primaires » (salle de repos pas assez grande, pas assez de climatisation...). « L'entreprise avance comme argument qu'elle est très déficitaire depuis des années. En réalité, elle a fait un montage fiscal pour qu'il n'y ait pas d'intéressement pour les salariés », précise Thomas Bordage, délégué syndical SUD (28% de représentativité). Et de dénoncer l'absence de primes en fonction des ventes, pourtant habituelles dans le secteur, ou le principe de l'augmentation des salaires au mérite...

Résultat : le turn over, selon les syndicats, est très élevé. « La direction joue sur le fait que ses salariés sont des passionnés. Nous aussi, nous partageons la philosophie d'Apple. La sortie des produits est une fête, mais là, ils se fichent de nous ! », conclut Thomas Bordage. Dans un climat de paranoïa, les salariés ont fait grève sans vraiment faire grève, à la japonaise.

Le 26 septembre, les syndicats devaient encore négocier, avec la direction, un treizième mois et des primes. En quelques jours, Apple a vendu 5 millions d'iPhone 5. À 700 € en moyenne, il pourrait y en avoir pour tout le monde.

Les chiffres 2012 d'Apple Retail

13 magasins en France et 375 dans le monde

400 M € Le CA en France

Entre 10 et 21 M € La perte estimée d'Apple Retail

27 ans La moyenne d'âge des salariés

1 500 salariés en France, contre 600 en 2010

23 000 € Le salaire annuel brut d'un vendeur

Sources : syndicats ; Apple

 

Les revendications des salariés

  • La mise en place de tickets repas
  • Une augmentation des salaires au mérite de 3,5%
  • L'amélioration des conditions de travail (climatisation, fontaines à eau, salles de repos correctes...)
  • L'octroi d'un intéressement et de primes

 

Carnet des décideurs

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2243

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA