La grande distribution ne détruit pas le petit commerce, selon Asterop

|

Selon le cabinet d'études marketing Asterop, « le postulat selon lequel le niveau de développement de la grande distribution entraînerait nécessairement le déclin du petit commerce est contraire à l’analyse objective des faits ». Certes, de 1966 à 1998, le nombre de petits commerces de bouche a décliné de façon spectaculaire avec une baisse en nombre de 70 % (source INSEE). Mais de 2001 à 2008, le petit commerce a connu, selon les chiffres d’Asterop, une baisse limitée de 2,5 %. Certaines catégories ont même affiché des croissances de 4 à 25 %, tels les commerces en marchés, les magasins bio, de produits frais et de commerce équitable ou les cavistes.
L’analyse du taux de couverture de petits commerces de bouche par zone de vie Asterop (découpage du territoire en 629 zones définies selon les actes de consommation et la mobilité des français) montre des disparités étonnantes. Mais surtout, la comparaison entre le niveau d’équipement des petits commerces et celui de la grande distribution montre une corrélation légèrement positive. Parmi ses 629 zones, 62% ont des niveaux d’équipement sensiblement équivalent en Grandes Surfaces Alimentaires (GSA) et en petits commerces et 38% ont des déséquilibres en faveur de l’une ou l’autre de ces formes de commerce. L’échantillon le plus représenté est très précisément celui des 253 zones où l’on relève un suréquipement simultané des GSA et des petits commerces de bouches (PCB). A l’inverse, 100 zones révèlent un sous-équipement pour chacun des deux types de commerces. Et seulement 159 où le sur-équipement en GSA correspond à un sous-équipement en PCB.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres