Marchés

La guerre des consoles est déclarée

|

Présentées lors de l'E3 à Los Angeles, la Xbox One de Microsoft et la PS4 de Sony sont prêtes à partir à l'assaut de la Wii U, première console de la huitième génération. Avec un petit avantage pour Sony.

La génération précédente dominée par Nintendo

  • Wii 99,6 millions
  • PS3 77,6 millions
  • Xbox 360 77,5 millions
    Les ventes mondiales de consoles de salon de la septième génération

    Source : fabricants

Et de huit. Avec les lancements prochains des Xbox One et PlayStation 4, il s'agira de la huitième génération de consoles depuis le lancement en 1972 de l'Odyssey de Magnavox, considérée comme la première machine de l'histoire du jeu vidéo. Mais si à l'époque la petite société américaine était seule sur le marché, ce n'est bien sûr plus le cas aujourd'hui. Car depuis plus de dix ans maintenant, le marché du divertissement est l'enjeu d'une guerre économique entre trois grands acteurs : Sony, Microsoft et Nintendo. Et si ce dernier a remporté la précédente guerre des consoles de salon avec sa Wii (près de 100 millions d'exemplaires vendus dans le monde, dont 6 millions en France), sa couronne est remise en jeu, comme à chaque nouveau 

Donc après la guerre PS3-Wii-Xbox 360, la future bataille vidéo-ludique sera celle des PS4-Xbox One-Wii U. Si la Wii U est présente sur le marché depuis quelques mois déjà - et ne suscite guère l'engouement -, le salon E3 qui s'est tenu, du 11 au 13 juin à Los Angeles, a vu Sony et Microsoft faire démonstration de leur force. Car, sentant Nintendo moins dominateur, les deux fabricants sont bien disposés à lui ravir le titre.cycle.

Microsoft en terrain miné

  • Troisième console de salon de Microsoft, la Xbox One est la machine des gamers par excellence
  • Spécificités techniques Processeur 8 coeurs, 8 Go de Ram, lecteur Blu-ray, 500 Go de disque dur
  • Jeux 42 jeux annoncés, dont 18 exclusivités
  • Prix 499 €
  • Disponibilité Novembre 2013

    - Les plus Des gros blockbusters (Ryse, Titanfall, Dead Rising 3, Forza Motorsport 5), Kinect étendu à toutes les fonctions de la console.
    - Les moins L'impossibilité de revendre les jeux en dehors de réseaux agréés, l'obligation de connecter la console en permanence, son prix élevé, tout cela crée du buzz auprès des joueurs.

Terminal complet de loisir multimédia, mais contraignant

À commencer par Microsoft. L'américain - toujours placé, jamais premier - était cette fois sûr de ses forces. Sa Xbox One qui devrait sortir en novembre prochain, au tarif assez élevé de 499 €, est un terminal complet de loisir multimédia. Lecteur Blu-ray, services VOD, fonctions Kinect étendues (la console se contrôle à la voix), Smartglass (qui permet de suivre les parties de ses amis via smartphone et tablette)...

Sans oublier le nerf de la guerre : les jeux. Et là, Microsoft est le fabricant qui a sans doute fait la plus forte impression : que ce soient les jeux de zombies (Dead Rising 3), le nouveau jeu futuriste des créateurs de Call of Duty (Titanfall) ou encore le jeu de course au réalisme époustouflant (Forza Motorsport 5). Microsoft a montré que sa console en avait dans le ventre. Sur le papier, la Xbox One semblait promise à un bel avenir... Si ce n'était un détail : le contrôle exercé par Microsoft sur les reventes de jeux. Pour attirer le plus d'éditeurs tiers dans son giron, Microsoft a créé un système qui devrait leur permettre de toucher une bonne partie des revenus générés par la revente de jeux d'occasion. Les joueurs ne pourront ainsi revendre leur jeu qu'à des magasins agréés (Fnac, Micromania...) et ne pourront, par ailleurs, pas le prêter. Pour vérifier si les jeux sont en conformité, la console devra se connecter toutes les vingt-quatre heures au réseau sous peine de cesser de fonctionner. Beaucoup de contraintes, trop au goût des joueurs qui voient déjà d'un très mauvais oeil cette Xbox One.

Nintendo peine à lutter

  • En choisissant de dégainer le premier avec sa console à tablette tactile, le japonais a voulu prendre tout le monde de court. Mais avec un catalogue de jeux trop maigre (deux nouveautés lancées en six mois !) et une créativité moins florissante qu'au temps de la Wii, Nintendo n'a écoulé que 3,5 millions de consoles dans le monde (contre un objectif de 5,5 millions)
  • Spécificités techniques Gamepad avec écran tactile, processeur 3 coeurs, 2 Go de Ram, 32 Go de mémoire flash
  • Jeux 41 titres à fin mars
  • Prix 349 €

    - Les plus La manette à écran tactile, le prix accessible, les licences maison (Mario, Zelda, Donkey Kong).
    - Les moins Le manque de soutien des éditeurs, la faible puissance, le peu de renouvellement des licences.

Du pain bénit pour Sony qui s'amuse déjà à moquer son concurrent. Dans une vidéo qui cartonne sur le web, Sony explique avec un tutoriel comment prêter un jeu de PS4. Un tutoriel qui ne contient qu'une seule étape : celle de prêter tout simplement son jeu à un ami. Le japonais est en tout cas à date le mieux armé pour remporter cette nouvelle guerre des consoles. D'abord, sa PS4 offre plus de marge de manoeuvre que la finalement contraignante Xbox One. Ensuite, bien que très puissante, Sony n'a pas réitéré l'erreur du prix prohibitif du lancement de la PS3, à 600 € en 2007. Avec un tarif de lancement de 399 €, elle est se positionne 100 € plus bas que sa rivale américaine. Et même si les jeux présentés à l'E3 étaient peut-être moins bluffants que ceux de la Xbox One, Sony en a tout de même annoncé 44 dont 20 exclusifs à la machine.

Dans ce paysage, quelle place reste-t-il à Nintendo ? Le japonais peine à faire venir les gros éditeurs sur sa machine pour des exclusivités. Yves Guillemot, le président d'Ubisoft, appelle de ses voeux une baisse de prix de la Wii U, sans laquelle Ubisoft ne pourra y développer de jeux exclusifs.

Sony semble le mieux armé

  • Avec son prix « attractif » et la liberté qu'elle laisse aux joueurs, à la différence de sa rivale, cette nouvelle PS4 est la mieux armée pour remporter la guerre des consoles
  • Spécificités techniques Manettes dotées d'un pavé tactile, processeur 8 coeurs, 8 Go de Ram, lecteur Blu-ray, 500 Go de disque dur
  • Jeux 44 jeux annoncés, dont 20 exclusivités
  • Prix 399 €
  • Disponibilité Novembre 2013

    - Les plus La Dualshock 4, sa manette, à pavé tactile, son prix, son catalogue de jeux.
    - Les moins Pas autant de « killer apps » annoncées que sa rivale, des jeux dans l'ensemble moins bluffants que sur la Xbox One.

Rééditions plutôt que bataille d'idées

Du côté d'Electronic Arts, on souffle le chaud et le froid. Après avoir dénigré la machine en mai, notamment sur Twitter, en estimant que la console n'était pas assez puissante pour supporter ses productions, l'éditeur américain est revenu sur ses déclarations lors de l'E3, mais sans donner plus de détails sur les jeux à venir. Nintendo devra encore une fois compter sur ses propres armes , ses fameuses licences. Problème : alors qu'avec la Wii, Nintendo fourmillait d'idées (Wii sport, Wii Fit...), il donne aujourd'hui l'impression de tourner un peu en rond. Un nouveau Donkey Kong, un nouveau Smash Bros - avec le personnage de Megaman -, une réédition HD d'un vieux Zelda... Au lieu de cuisiner de nouveaux plats, Nintendo préfère faire évoluer les recettes de plats connus. Cela ne suffira peut-être pas pour mettre les joueurs en appétit.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter