La justice maintient la pression sur Ikea France

|
Le directeur général Stefan Vanoverbeke a été mis en examen la semaine dernière dans l’affaire d’espionnage des salariés.
Le directeur général Stefan Vanoverbeke a été mis en examen la semaine dernière dans l’affaire d’espionnage des salariés.

L'enquête sur les soupçons d'espionnage des salariés et clients par Ikea France a débouché sur la mise en examen, la semaine dernière, de l'actuel directeur général Stefan Vanoverbeke, de son prédécesseur Jean-Louis Baillot (DG France de 1996 à 2009), et du directeur financier Dariusz Rychert. Les trois hommes étaient mis en examen pour « complicité de collecte de données à caractère personnel » et « complicité de violation du secret professionnel ». La filiale française d'Ikea a également été mise en examen, en tant que personne morale, l'entreprise devant verser 500 000 € de caution pour garantir une éventuelle indemnisation des parties civiles.

Les trois mis en examen avaient été placés en garde à vue lundi 18 novembre à la suite d'une perquisition effectuée début novembre au siège du groupe à Plaisir (78). L'avocat de Stefan Vanoverbeke a indiqué que « son client conteste totalement son implication dans cette affaire ». En février 2012, Le Canard enchaîné avait révélé l'espionnage à grande échelle de salariés, mais aussi de clients, via des officines privées qui fournissaient des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers ou sur leurs comptes en banque. Les syndicats FO et CGT avaient alors déposé plusieurs plaintes, amenant le parquet de Versailles (78) à ouvrir une information judiciaire en avril 2012.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2299

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous