La Laiterie de Saint-Denis-de-L'Hôtel voit plus grand

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

stratégie - Le spécialiste du conditionnement de liquides alimentaires prend le contrôle d'une usine de Eckes Granini en LMBO. De quoi atteindre la taille critique pour permettre son essor à l'export et diversifier sa production.

« Au début, j'ai regardé le dossier de loin, raconte Emmanuel Vasseneix, PDG de la Laiterie de Saint-Denis-de-L'Hôtel. Puis, quand quatre cadres de l'usine sont revenus vers moi avec un projet de LMBO, je me suis laissé tenter. » La tentation ? Le site industriel cédé par le fabricant de jus de fruits Eckes Granini, basé à Sarre-Union (Bas-Rhin) et dont LSDH a pris le contrôle majoritaire. L'acteur des jus de fruits ne souhaitait plus fabriquer de marques de distributeurs (MDD), une activité qui représente la moitié de la production de cette usine. « Nous préférons investir sur nos marques plutôt que d'immobiliser de l'argent dans une production, les MDD, aux faibles marges », plaide Marc Bandelier, directeur commercial du numéro un français des jus de fruits, lequel conserve son site de Mâcon (Saône-et-Loire).

Si le site de Sarre-Union et les deux usines de LSDH resteront des entités distinctes, elles permettront toutefois à Emmanuel Vasseneix d'envisager des synergies : « Il nous faut une taille critique. Nous sommes un intervenant français de taille importante mais petit au niveau européen. »

Direction Europe

Avec ses deux unités de production au centre de la France, LSDH dispose d'une bonne position géographique pour distribuer ses clients nationaux, qu'il accompagne dans quelques cas dans les pays limitrophes. Au-delà, c'était mission impossible. Lorsqu'il s'agit de démarcher Lidl ou Aldi, qui achètent leurs jus de fruits ou briques de lait pour leur parc européen, LSDH se retrouve hors jeu face à ses concurrents du copacking, les néerlandais Refresco et britanniques Stute ou Emig, qui disposent d'un maillage industriel à l'échelle du Vieux Continent.

Avec l'usine de Sarre-Union, le périmètre d'activité de LSDH se déplace. « Nous pourrons nous développer à l'export. Pas avec des basiques, mais avec des produits particuliers tels que les jus de légumes ou les smoothies », indique Emmanuel Vasseneix. Car son entreprise aime le travail à façon, et peut s'appuyer sur un service de recherche et développement de six personnes. Les compétences y sont diverses : emballage, formulation, adaptation du process industriel, optimisation des services. « Notre savoir-faire a 20 ans, explique Emmanuel Vasseneix : fabriquer et conditionner des petites séries, des briques avec paille, tout ce dont nos clients ne veulent pas s'embarrasser. »

De vrais atouts

Distributeurs et industriels apprécient. « Ce fournisseur offre une large palette de produits et de conditionnements, analyse Éric Dubern, chef de produits liquides à marques Auchan. C'est intéressant d'un point de vue logistique pour remplir les camions. » Pour l'enseigne nordiste comme pour les autres, LSDH n'arrête pas de développer de nouvelles solutions. « C'est un " pure player " de la MDD, analyse Philippe Jaegy, vice-président de Solving International. Ce modèle me semble vertueux, car la productivité de l'entreprise est poussée à son maximum. »

Toutefois, la course à la taille reste un enjeu majeur. Et pour cause. À l'heure où le prix des matières premières fait des bonds colossaux, les entreprises les plus grosses sont mieux armées pour négocier. « Avec Sarre-Union, nous pourrons massifier nos achats », prévoit le patron de l'entreprise familiale. D'ailleurs, il n'oublie pas ses deux sites historiques pour lesquels il maintient un rythme d'investissement important afin d'atteindre rapidement 600 millions d'emballages par an. En 2007, il a injecté 20 millions d'euros à Saint-Denis-de-l'Hôtel pour installer deux lignes de conditionnement en bouteilles plastique, un matériau en vogue dans les jus de fruits au détriment du verre. 25 millions d'euros sur trois ans sont réservés à l'unité de Varennes-sur-Fuzon, pour améliorer la productivité et rafraîchir le site. Emmanuel Vasseneix y tient : outre sa course à la taille critique, ce patron tient au bien-être de ses salariés, garantie d'une entreprise qui avance.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2032

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA