Marchés

"La maison connectée peut décoller sous certaines conditions" Alexandre Chaverot, patron de Smarthome International

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La PME Smarthome International, qui regroupe trois sociétés spécialisées dans l'habitat intelligent, va lancer des produits sous la marque Philips en France et dans d'autres pays européens. L'occasion de revenir sur le potentiel de la maison connectée avec son pdg, Alexandre Chaverot.

Pour le pdg de Smarthome International, le marché de la maison connectée peut se démocratiser sous l'impulsion des professionnels.
Pour le pdg de Smarthome International, le marché de la maison connectée peut se démocratiser sous l'impulsion des professionnels.

LSA : On parle depuis dix ans de la maison connectée, sans que ce marché décolle. Comment pourrait-il se démocratiser?

Alexandre Chaverot : La maison connectée décollera par le marché professionnel. Nous, qui sommes une PME avec un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros et 120 personnes, discutons avec Engie ou Bouygues pour équiper des logements neufs. Il faut que les produits soient simples. Beaucoup d’entre eux sont censés vous apporter des économies d’énergie, mais il faut passer par un programmateur. L’intelligence artificielle va bientôt entrer en jeu. Le marché souffre aussi d’un manque de standardisation. Il y a trop de protocoles de communication différents. C’est un frein au développement de l’habitat connecté. Un marché ne peut exploser que s’il est standardisé. La notion de prix entre également en jeu. Aujourd’hui, quand il achète un thermostat intelligent, le consommateur doit attendre trois ans en moyenne pour avoir un retour sur investissement. C’est trop.

LSA : Comment se positionne Smarthome International?

A.C : Nous venons d’avoir la licence de Philips, ce qui va nous permettre de pénétrer d’autres marchés, notamment le retail haut de gamme. L’une de nos trois sociétés, Extel, qui travaille pour les grandes surfaces de bricolage et les grandes surfaces spécialisées, va commercialiser sous la marque Philips les premiers produits d’interphonie connectée. Extel devient ainsi la première entreprise licenciée Philips qui ne lui appartient pas. Ces visiophones sont sur le créneau haut de gamme, connectés et design. Cela va aussi nous servir de tremplin à l’export. Aujourd’hui, nous réalisons 30% de notre chiffre d’affaires à l’étranger. Demain, nous espérons monter à 50%, en allant en Grande-Bretagne, en Europe de l’Est et en Scandinavie.

Smarthome International en chiffres

45 millions d’euros de chiffre d’affaires

60 enseignes partenaires dans 15 pays

120 personnes

100 objets connectés pour l’habitat

1100 références en marques propres

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA