La ministre du Commerce Valérie Fourneyron de nouveau contrainte au repos

|

Valérie Fourneyron a dû abandonner la défense de la loi sur l’économie sociale et solidaire devant les députés à Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, en raison de son état de santé. Au repos depuis le 15 avril, elle n'avait repris ses fonctions que lundi 12 mai. La défense d'un texte "est un grande épreuve physique", ont expliqué des députés, que la ministre n'était pas en mesure d'affronter.

Valérie Fourneyron, ex-ministre des Sports devenue lors du remaniement ministériel Secrétaire d’Etat au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation et à l’Economie sociale et solidaire, est de nouveau au repos. Peu après sa nomination, le 9 avril, elle avait été victime d’un syndrome méningé, et elle avait été hospitalisée. Elle n’avait repris ses fonctions que lundi 12 mai.

Elle est arrêtée alors qu’elle avait repris en main le projet de loi sur l’Economie sociale et solidaire, débattu depuis mardi devant les députés, en première lecture, après l’adoption du texte en première lecture par les sénateurs. Durant deux jours, elle a défendu les 12 premiers articles, mais les députés ont dû réduire les séances de nuit pour tenir compte de son état de santé fragile.

Epreuve physique très importante

« La défense d’un texte est une épreuve physique très importante, Valérie Fourneyron a pris beaucoup sur elle », a précisé le président de la Commission des Affaires économiques. Catherine Vautrin, vice-présidente de l’Assemblée nationale (UMP) ,  a rendu hommage à «l’implication de Mme la ministre sur ce texte » et lui a transmis des vœux de prompt rétablissement. Le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a indiqué que Valérie Fourneyron « sera de retour très bientôt ».

C’est donc Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, auprès d’Arnaud Montebourg, qui a repris le flambeau de la défense du texte ESS devant les parlementaires. Rappelons que celui-ci porte notamment sur un renforcement  du modèle coopératif, agricole ou de commerçants, du commerce associé, ainsi que des coopératives de salariés et des associations de l’économie sociale ou solidaires. Le projet de loi devrait être adopté en première lecture à l’Assemblée nationoale dans la semaine, avant de repartir devant le Sénat pour une seconde lecture, et revenir enfin devant les députés avant d’être définitivement adopté.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter