La mutation des phytosanitaires suit son chemin

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Cernée par une réglementation de plus en plus contraignante, la vente de phytosanitaires évolue avec une timide émergence de solutions alternatives.

Décidément, il faut suivre. Après la mise en place du plan Ecophyto et le vote de la loi Labbé, une nouvelle embûche est venue compliquer la vente de produits de soins des plantes. Depuis janvier, la publicité est interdite sur les phytopharmaceutiques de synthèse, seuls les produits de biocontrôle échappant à ce couperet. La réflexion est donc à l’œuvre pour repenser le rayon et l’offre, qui évoluent à marche forcée vers des produits plus naturels.

Heureusement, l’effet météo plutôt favorable en 2014 a permis de stimuler les ventes globales, appuyées par des segments spécifiques en plein essor. Résultat, les ventes ont progressé de plus de 12%. « Il y a une recrudescence des carrés potagers, notamment en zones urbaines. Les acheteurs font attention à ce qu’ils utilisent pour ces plantes. D’ailleurs, les distributeurs surexposent le bio par rapport aux produits de synthèse », note ­Vincent Emeraux, chef de marché au sein de Compo France (Algoflash, Clairland). Et les fabricants travaillent sur des produits moins chimiques ou plus simples, quand c’est possible. Trouver des alternatives deviendrait presque la norme. Et avec l’interdiction de communication imposée depuis le début de l’année, il a fallu réagir vite. Les centrales ont retiré des produits des prospectus prévus, certaines allant même jusqu’à annuler des ­commandes.

 Il y a une recrudescence des carrés potagers, notamment en zones urbaines. Les acheteurs font attention à ce qu’ils utilisent comme produits pour ces plantes-là. D’ailleurs, les distributeurs surexposent le bio par rapport aux produits de synthèse. 

Vincent Emeraux, responsable d’Algoflash au sein de Compo France

 

Les pesticides vont disparaître des magasins

Tout ce remue-ménage incite à faire le nettoyage dès à présent pour anticiper les interdictions futures. Botanic, qui a renoncé à commercialiser des pesticides depuis 2008, organise depuis l’an dernier des opérations ponctuelles de reprise. Sur ce dossier, « nous avons été surpris en bien », indique le responsable du développement durable Stéphane d’Halluin, avec 9 tonnes récupérées en année un. Une goutte d’eau dans un océan de pesticides, mais l’essentiel n’est-il pas d’inciter à la réflexion ?

Pour le désherbage non chimique, les solutions traditionnelles, comme la bâche, le paillage ou le désherbeur thermique, restent d’actualité, ce qui pousse les ventes, dans une petite proportion. C’est notamment le cas de la Scarmor, regroupement de 42 magasins Leclerc de Bretagne. La structure a décidé de se passer de phytosanitaires de synthèse depuis 2013, et ne regrette pas son choix. Jean-Marie de Bel-Air, patron du Leclerc de Plougastel-Daoulas (29) et pilote de l’opération, précise que la Scarmor « a perdu un peu de chiffre d’affaires en 2014, mais moins que prévu. Et en 2015, le manque à gagner potentiel, de l’ordre du million d’euros, va être gommé ». La solution au retrait de certains produits s’est matérialisée par la mise en avant de produits de substitution, qui se sont bien vendus en petits dosages. Signe que les acheteurs ont voulu tester ces alternatives. Cette démarche a été écoutée, puisque Leclerc est sur le point de suivre cet exemple au niveau national. Et Gamm vert doit annoncer, mi-mars, l’arrêt de la commercialisation du glyphosate (dont le Roundup de Monsanto est le grand – et controversé – représentant) d’ici à 2018. 

CHASSE AUX PHYTOS DE SYNTHÈSE

Dans son prospectus Jardinage de printemps, la Scarmor (42 magasins Leclerc de Bretagne), rappelle qu’elle a retiré des rayons les phytosanitaires de synthèse, et privilégie depuis 2013 les solutions et produits alternatifs. Côté ventes, le manque à gagner a été quasi compensé par l’introduction de nouveaux produits plus respectueux de l’environnement.

BOTANIC RENOUVELLE SON OPÉRATION DE REPRISE

Lancée en 2014, l’opération de reprise des pesticides menée chez Botanic va être reconduite. L’an dernier, elle avait permis de récupérer 9 tonnes de produits lors de ses deux temps forts, au printemps (5 tonnes) et à l’automne (4 tonnes). En échange des produits rapportés, Botanic offre un bon d’achat de 5€ utilisable en magasin.

PRINCIPE ACTIF D’ORIGINE VÉGÉTALE

Clairland Herbistop désherbant jardins et allées, dernier-né de chez Compo, est formulé à base d’acide pélargonique, principe actif naturel issu du géranium. Ce désherbant de contact non sélectif donne ses premiers effets en trois heures. Et une fois sèche, la zone traitée peut être de nouveau fréquentée par les animaux domestiques.

les traitements ultradynamiques

Chiffre d’affaires des différentes catégoriesde produits pour jardin, en M €, en 2014, et évolution, en %, vs 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

L’alternance de périodes chaudes et pluvieusesa été synonymede renforcement des traitements (éradication et soin) des végétaux. Ce qui se ressent sur les ventes.

759 Millions d’euros

Le chiffre d’affaires des produits pour jardin, à + 11%

Données chiffres en cumul annuel mobile en 2014 vs 2013

Source : GfK

Les circuits spécialisés progressent plus vite

Évolution des ventes en valeur des produits pour jardin, par circuit de distribution

  • Grandes surfaces de bricolage

+ 16%

  • Libres-services agricoles

+ 13%

  • Jardineries

+ 11%

  • Grandes surfaces alimentaires

+ 8%

93% Le pourcentage des ventes de produits phytosanitaires qui sont effectuées pourle monde agricoleet les professionnels, et 7% seulement auprès des particuliers

Source : estimation fabricants

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2357

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA