La nouvelle organisation du groupe Auchan à la loupe

|

Par souci d’efficacité et de réactivité, le groupe Auchan modifie en profondeur sa gouvernance et son organisation. Toutes les activités commerciales (alimentaire, e-commerce) sont désormais réunies dans une seule et même entreprise autonome, Auchan Retail. Elle sera présidée par Wilhelm Hubner, nouvel homme clé du groupe.

groupe Auchan

Le groupe Auchan va changer de visage. Et la transformation menée par Vianney Mulliez sera plus radicale qu’un simple lifting. À compter du 16 novembre, le groupe, qui sera renommé Auchan Holding pour l’occasion, a prévu de mettre en place une série de mesures « pour gagner en souplesse et en rapidité ». Le changement tient à l’organisation en elle-même, puisque, là où le groupe revendiquait encore cinq métiers il y a peu, il comptera désormais trois entreprises autonomes (voir ci-contre). Si les pôles Oney Banque Accord (services financiers) et Immochan (immobilier commercial) restent quasi inchangés, c’est du côté d’Auchan Retail (encore un nouveau nom) que les regards vont se tourner, avec ce qui ressemble à un abandon du dogme de l’hypermarché.

Cette branche distribution va réunir l’ensemble des formats sous un seul et même toit : hypermarchés donc, mais aussi supermarchés, proximité, drives et e-commerce. Un regroupement qui, à l’heure du cross-canal, marque un changement dans la perception du commerce actuel. « Nous mettons en place une organisation avec plus de proximité et de synergie entre les différents formats. L’idée est de faire d’Auchan la marque préférée des consommateurs, quels que soient le canal d’achats ou les circonstances », indique-t-on au sein du groupe, dont le chiffre d’affaires a atteint 53,5 milliards d’euros HT en 2014, avec 1 774 hypers et supermarchés intégrés et une présence dans seize pays du monde.

Édouard-Nicolas Dubar, managing partner Headlight International France - Retail Executive Search, estime pour sa part qu’« Auchan avait besoin d’une structure plus offensive et moins compliquée. Tous les métiers de la distribution sont désormais regroupés. Le groupe se normalise. Et le pôle e-commerce est devenu assez mature, c’est le bon moment pour l’intégrer ».

La gouvernance prend également un nouveau tournant, avec l’abandon du conseil d’administration doublé d’un PDG, remplacé par un conseil de surveillance et un directoire. Une manœuvre destinée à renforcer l’autonomie des trois composantes d’Auchan Holding.

Comme à son habitude, le groupe promeut les talents internes

Qui dit changement d’organisation dit également changement des hommes, avec, comme il est de mise au sein du groupe nordiste, une promotion des talents en interne. Auchan Retail, qui représente 98% de l’activité du groupe, sera présidé par un ­nouvel homme fort, Wilhelm Hubner. Encore patron de la Russie pour quelques jours, ce pur produit de la méritocratie « made in Auchan » (il y a démarré sa carrière en 1987 comme manager de rayon) va devenir directeur général d’Auchan Retail, mais aussi président du directoire d’Auchan Holding. En clair, cet ingénieur de formation va occuper le poste le plus élevé du groupe, derrière celui de Vianney Mulliez, président du conseil de surveillance. Une ascension qui vient couronner son parcours.

Édouard-Nicolas Dubar rappelle qu’« en Russie, là ou Carrefour, Metro ou Tesco ont échoué, Auchan connaît une véritable success story. Wilhelm Hubner, qui est aux commandes des 88 hypers du pays, arrive avec une véritable dynamique positive ». « C’est un homme énergique qui sait prendre les bonnes décisions très rapidement », complète un responsable du groupe. Son nom rejaillit à tous les échelons du nouvel organigramme, puisque le nouveau patron portera logiquement la casquette de président du comité de direction d’Auchan Retail. La structure sera animée par pays « afin d’apporter à chaque habitant local la meilleure réponse possible, quel que soit le circuit emprunté », précise Auchan dans son communiqué, toujours fidèle à la notion – devenue sacro-sainte pour l’enseigne – d’habitant.

Cette réorganisation complète de l’activité du groupe fait émerger de nouvelles têtes, mais ne va pas faire que des heureux. Citons, au premier rang des déçus, Philippe Baroukh, qui régnait depuis cinq ans sur la branche hypermarchés groupe. Celui qui gérait le véritable cœur du réacteur d’Auchan, avec plus de 43 milliards d’euros de chiffre d’affaires, est renvoyé à une vie moins trépidante en prenant les commandes d’Auchan Italie, un périmètre autrement plus restreint. Philippe Saudo, directeur général des supermarchés depuis sept ans, va, lui, retrouver son poste de DRH groupe, fonction qu’il a déjà occupée de 2000 à 2008.

La France structurée en trois branches

Avant même le 16 novembre, les échanges ne vont pas manquer d’être nourris entre les patrons de pays, les directeurs des fonctions support et Wilhelm Hubner, pour déterminer les ambitions, les moyens de chacun et les structures à tricoter ou détricoter. Pour la France, prise en main par Patrick Espasa, qui devient président exécutif (un poste nouvellement créé), la tendance est pour le moment de structurer le pays en trois branches, avec les hypers, les supermarchés et l’e-commerce. Un découpage des plus classiques, pas franchement cross canal, sachant que rien n’est encore gravé dans le marbre. Patrick Espasa, qui a démarré sa carrière en 1979 chez Auchan, et a dirigé l’Italie pendant une dizaine d’années, va prendre le temps de mettre l’organisation en place dans les prochaines semaines. Il est encore trop tôt pour savoir si le nom de Vincent Mignot, patron des hypermarchés France, figurera toujours dans le futur organigramme du pays, compte tenu des difficultés rencontrées par l’enseigne sur son marché le plus important, où les ventes sont en baisse semestre après semestre. Mais, selon nos informations, la mouture définitive de la feuille de route « Auchan 2016 » devrait être finalisée par Wilhelm Hubner pour la mi-décembre. Un sacré cadeau de Noël pour ses collaborateurs.

Auchan groupe devient Auchan holding, avec trois entreprises autonomes

 

Wilhelm Hubner, le nouvel homme fort

Son nom revient dans tous les organes de décision d’Auchan Holding. Wilhelm Hubner, entré dans le groupe comme manager de rayon en 1987 à Auchan Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), va diriger dans quelques jours la division Auchan Retail, forte de plus de 900 hypers et presque autant de supermarchés dans le monde. Directeur de trois magasins en France, successivement à Petite-Forêt, Leers – où il a expérimenté le rayon self-discount – et Vélizy – le plus important magasin d’Auchan en France, dont il a notamment piloté le remodeling en 2009 –, cet ingénieur mécanicien de formation a ensuite été nommé directeur opérationnel Ile-de-France en 2009. Il a rejoint Auchan Russie en 2010, pour prendre la tête de la division hypers, avant d’accéder au poste de directeur général d’Auchan Russie en 2014. Avec un long passage en France et un parcours marqué par la réussite de l’enseigne en Russie, pays réputé difficile pour le commerce, Wilhelm Hubner a opéré dans les deux pays les plus importants d’Auchan. Une carte de visite convaincante.

Les raisons d’une transformation

  • Donner davantage de marge de manœuvre à chacun des trois grands métiers : distribution, immobilier commercial et services financiers.
  • Retrouver de la souplesse et de la rapidité en s’adaptant au commerce actuel et au cross canal, avec plus de synergies.

Une reprise en main de la France ?

Empêtré dans des difficultés qui, à force, pourraient sembler chroniques (avec un nouveau recul des ventes HT de 2,9% au 1er semestre 2015), Auchan France va connaître un nouveau patron. Il s’agit de Patrick Espasa, entré chez Auchan à Nice en 1979. Directeur d’hypermarché (à Annecy), puis directeur régional, l’homme a mis le cap sur l’Italie en 1999, dont il a été directeur général de 1999 à 2014, date à laquelle il a en a pris la présidence opérationnelle. Vincent Mignot, actuel patron des hypermarchés France, est toujours en poste à l’heure où nous mettons sous presse, sachant que Patrick Espasa réfléchit à une nouvelle organisation, qui devrait être connue rapidement.

"Auchan avait besoin d’une structure plus offensive et moins compliquée. Tous les métiers de la distribution sont désormais regroupés. Le groupe se normalise. Et le pôle e-commerce est devenu assez mature pour l’intégrer".

 

 

Édouard-Nicolas Dubar, managing partner Headlight International France - Retail Executive Search

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2386

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous