LA NUTRITION TOUJOURS AU CENTRE

|

Qu'elle passe par l'allégement ou l'enrichissement des produits, la nutrition est désormais « la » préoccupation première de l'épicerie salée, qui rattrape son retard sur les autres secteurs.

Iams, la marque de petfood premium de Procter & Gamble, vient de faire sa rentrée en GMS avec une nouvelle gamme pour chiens et chats, segmentée en fonction des moments de leur « cycle de vie » et de leur qualité sportive ou citadine. « Après le light, le parallélisme avec les humains est tel que l'on se demande ou cela va bien pouvoir s'arrêter », s'exclame Béatrice Mariotti, directrice de création de l'agence Carré noir. Et ce qui est vrai pour nos amis les bêtes l'est encore plus pour leurs maîtres. Car la nutrition devient désormais une véritable obsession, qui fait plancher les équipes marketing du matin au soir.

Le grand nettoyage

Sur ce terrain, l'épicerie salée, qui accusait un sérieux retard sur le frais, remonte la pente à l'allure d'un coureur de fond. La réussite de certaines de ses sous-familles atteste d'ailleurs de l'engouement des consommateurs pour le sujet. Ainsi, les soupes montent, comme l'an dernier, sur la première marche du podium, avec une hausse en valeur de 3,6 %. De même, les grandes marques de conserve de légumes se maintiennent, même si le marché est fortement dévalorisé par les premiers prix. Enfin, l'épicerie bio réalise toujours une belle progression (+ 9 %) et accueille de nouvelles familles comme les gâteaux apéritifs (+ 25 %) et les aides culinaires (+ 14 %).

Tout est bon pour rester dans la course au nutritionnellement correct. À commencer par le grand nettoyage des substances jugées nocives par les consommateurs : sucre, sel, graisse. « Nous retravaillons sans cesse les recettes existantes pour diminuer les taux de sel sans affecter les goûts », explique Amaury Dutreuil, chef de groupe chez Liebig. Et ce qui est vrai pour les soupes l'est aussi pour les petits pots pour bébés, les sauces, et même les conserves. Les sardines sans sel de Connétable se vendent très bien depuis leur lancement en 2004, de même que les dernières sauces Amora Miam's pour enfants, dans lesquelles les taux de graisse ont été réduits de moitié. Et quand les produits ne sont pas allégés, ils sont enrichis. Notamment en oméga 3, l'une des meilleures cartes du moment sur laquelle mise très fortement Lesieur à travers Fleur de Colza et Isio Protect.

Côté packaging, le frais reste une éternelle source d'inspiration. Covi vient ainsi de lancer une gamme Équilibre et Saveur sous sa marque Paul & Louise, directement inspirée des codes vert et blanc du rayon frais. Plus généralement, cet emprunt se retrouve dans des détails graphiques : utilisation de silhouettes, de halos blancs autour des produits ou de macarons informatifs, comme ceux présents sur les nouvelles briques Bonduelle pour rappeler les recommandations du Programme national nutrition santé.

Mais, selon certains distributeurs, l'épicerie salée pourrait encore mieux faire. « Je ne comprends pas que les féculents ou les gâteaux apéritifs ne fassent rien en matière de nutrition », signale-t-on chez Intermarché. Idem pour les conserves de légumes, qui sont encore loin d'une optimisation maximale de leurs qualités nutritives.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1920

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA