Marchés

La photo numérique fait exploser le rayon

|

Assortiment - Poussées par les fortes ventes des appareils photo et de leurs performances, celles des cartes s'envolent. Mais la multiplication des standards complique les référencements.

Difficile de parler de surprise. L'engouement pour les appareils photo numériques (APN), qui, depuis deux ans, se traduit par des progressions de ventes spectaculaires, a profité au plus indispensable des accessoires de ces appareils : la carte mémoire. Offrant des capacités de plus en plus importantes, les APN se montrent gourmands en capacités de stockage, mais les fabricants persistent à les vendre avec, au mieux, une carte de 16 Mo. Ce qui, pour un modèle à 5 mégapixels, permet de stocker... 1 à 10 photos.

D'où le succès croissant des cartes vendues en libre-service. Depuis mai, le fabricant Dane-Elec est même parvenu à placer ses produits en tête de gondole chez Carrefour, chez Auchan et chez Cora. Ce qui se justifie pour un segment qui a vu ses ventes s'envoler de 125 % en 2003, et, selon certains fabricants, de 200 % à 300 % au premier trimestre 2004.

Mais si le principe paraît acquis, c'est au moment de constituer l'offre que l'affaire se complique. Car le moins que l'on puisse dire, c'est que le marché ne brille pas par sa standardisation. Liste - non exhaustive - des formats disponibles : Smart Media, Compact Flash (avec ses déclinaisons Ultra, High Speed et Pro), Memory Stick (également disponible en versions Magic Gate, Duo et Pro), SD (et Mini SD), MMC (et RS-MMC), xD.

Qui dit mieux ? Toute la question sera donc de déterminer la place respective à attribuer à chaque standard. Principale tendance, selon Samy Benarfa, directeur marketing de PNY : « La SD progresse très vite, elle semble s'imposer, tandis que la Compact Flash baisse plus vite que nous ne l'imaginions. » « Les Compact Flash à basse vitesse baissent, corrige Pierre Esneau, directeur des ventes de Lexar Media Europe. Mais les plus rapides, en 40X et en 80X, progressent. La Compact Flash reste le standard qui permet les plus grandes capa-cités et les plus hautes vitesses, et s'adapte mieux aux appareils haut de gamme. Mais la SD marche très fort aussi. La Smart Media est en voie de disparition, remplacée par la xD, qui est pour ainsi dire un standard exclusif Olympus et Fuji. Quant à la MMC, elle stagne, mais elle va trouver une nouvelle jeunesse en version compacte (RS) avec les téléphones mobiles. »

Une norme propriétaire

 

Reste évidemment le cas Memory Stick, et la guerre qui l'oppose au concurrent SD. Lancé par Sony, qui voulait en faire un standard ouvert, le Memory Stick peine à être autre chose qu'un standard maison et monomarque. Et les professionnels, longtemps prudents, hésitent de moins en moins à critiquer l'entêtement du groupe japonais. Mais remarquent aussi que, s'il se limite à Sony, le Memory Stick possède un poids réel sur le marché. « C'est presque une norme propriétaire, mais elle bénéficie du succès qu'a obtenu Sony dans les appareils numériques », note Pierre Esneau. Autre atout que souligne Olivier Chouraqui, directeur général de Dane-Elec, « le Memory Stick, présent dans tous les produits Sony, est évidemment un moyen de fidéliser les clients à la marque, ce qui agace beaucoup les concurrents. Mais Sony fait partie de ces quelques marques qui, comme Apple, pos- sède un vrai cercle d'aficionados et peut se permettre ce genre de choses. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message