La place de Bio déjà convoitée

|

Suite à un règlement européen, Danone doit lâcher sa marque avant le 1er juillet 2006. Yoplait et Eurial-Poitouraine tentent d'occuper le terrain.

La marque Bio n'a pas encore disparu des linéai-res ultrafrais que certains essayent déjà de prendre sa pla-ce. Rappel des faits : un règlement européen, en juillet 1999, interdit de faire référence au mode de production si le produit n'est pas réellement issu de l'agriculture biologique. Bio, fleuron de Danone (98 000 tonnes, 6 % des ven-tes du rayon ultrafrais), est con- damnée à disparaître. Le règlement donne la possibilité d'une dérogation jusqu'au 1er juillet 2006.

La date fatidique s'approche. « Il y a une fenêtre entrouverte », reconnaît Alain Mével, directeur commercial de la coopérative Eurial-Poitouraine, qui lance Bio'nat, une gamme de produits bio (yaourts, crèmes, fromages blancs, desserts...). Si l'on en croit un sondage réalisé en 2003 par l'Agence Bio, 23 % des gens pensent que Bio de Danone est issu de l'agriculture biologique. La disparition de la marque ouvre peut-être la voie au développement d'un segment bio qui n'en est pour l'instant qu'à l'état embryonnaire (0,5 % des ventes).

Similitudes...

Avec des similitudes assez troublantes au niveau de la typo et des codes couleur, et même une référence de yaourt au bifidus, Eurial met tous les atouts de son côté pour récupérer une partie des consommateurs de Danone. La gamme a d'autres atouts à faire valoir, notamment un positionnement prix agressif pour « démocratiser le bio ».

Plus étonnant est le lancement, il y a quelques semaines, du yaourt Bioplait chez Yoplait. « Le produit est sorti le même jour que notre référence Bio au soja », fait-on remarquer chez Danone. Et il a soulevé la colère des producteurs bio. Yoplait « semble se défier de l'arrivée à échéance de la dérogation, exprimant par là une volonté délibérée d'entretenir une confusion pour le consommateur », indique la Fédération nationale de l'agriculture biologique dans un communiqué. La marque Bioplait respecte pourtant les termes de la dérogation, puisqu'elle a été déposée avant 1991 (en 1986 en Guadeloupe et en Martinique) et qu'il est bien spécifié sur le produit qu'il n'est pas issu de l'agriculture biologique. Mais quel intérêt de lancer ce produit à un an de la fin de la dérogation ?

Chez Danone, on travaille activement au changement de marque, qui interviendra entre octobre et novembre de cette année. Partout ailleurs, le produit s'appelle Activia. La solution a d'ailleurs été testée en France ces derniers mois, et il est fort probable que le groupe fasse coexister les deux marques pendant quelques mois. À moins d'une surprise. Et pourquoi pas un vrai yaourt bio ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1911

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA