Marchés

La Plateforme du Bâtiment multiplie les formats pour plaire aux pros

|

L’enseigne, 100 % B to B, mise sur l’excellence de ses services pour plaire à sa clientèle de professionnels. Et lorgne désormais la clientèle « B to B to C ».

L’enseigne ouvre des magasins urbains plus petits (ici, le Comptoir du boulevard de la Bastille, à Paris).
L’enseigne ouvre des magasins urbains plus petits (ici, le Comptoir du boulevard de la Bastille, à Paris).© © La plateforme du bâtiment
Chiffres
67 dépôts Plateformedu Bâtiment en France, dont :
  • 41 magasins classiques, en périphérie des villes
  • 12 magasins City, en centre-ville
  • 8 magasins Compact , aux portes des grandes villes
  • 6 magasins Comptoir, au plus près des chantiers
    Source : La Plateformedu Bâtiment
  • 667 M € de CA en 2019, à + 6,8 %
    Source : Infogreffe

Les enjeux

  • S’adresser à des professionnels aux besoins spécifiques.
  • Proposer une offre complète, pour réaliser la totalitédes chantiers de rénovation.
  • Être au plus près des clients et de leurs chantiers : déploiement de formats City ou Comptoir, avec moins de références mais autant de services.
  • Profiter de l’engouement des Français pour leur habitation en proposant, au printemps, un concept « B to B to C » à Paris.

La Plateforme du Bâtiment détonne sur le marché de la construction. Dédiée aux professionnels, l’enseigne ne déroge pas de son positionnement. À cela, un atout : une aura, forte, chez les artisans du BTP. Mais elle se coupe aussi du marché B to C. Lequel prend de l’importance, avec des consommateurs de plus en plus avertis, prescripteurs de leurs travaux de rénovation. Car si, hier, les « privés » s’en remettaient aux professionnels pour concevoir les travaux dans leur habitat, ce n’est plus le cas. Ce sont eux qui donnent le la, eux qui prévoient les quantités de carrelage,etc., eux qui mesurent les dimensions du plan de travail de la cuisine et eux, enfin, qui achètent là où ils ont leurs habitudes : en grandes surfaces de bricolage (GSB).

C’est pour La Plateforme du Bâtiment, du groupe Saint-Gobain, un problème connu. « Nous portons un grand intérêt à nos clients artisans et aussi aux clients de nos clients, assure Jean-Louis Bolard, directeur général. Nous les avons rencontrés, nous avons échangé, sur leurs besoins, leurs contraintes, leurs attentes. » Et, dans ce contexte, promet-il, « la réponse arrive ». Elle est prévue pour ce printemps à Paris, avec un concept inédit voué à s’adresser au « B to B to C ».

Sans attente et sans accroc

Mais, pour autant, La Plateforme du Bâtiment n’entend pas perdre ce qui fait sa force : sa capacité, qu’aucune GSB ne peut avoir, de « parler la même langue » que les pros du BTP. Ce qui demande des évolutions constantes. « Nous sommes beaucoup présents en Île-de-France et dans les grandes métropoles. Nous nous adressons aux rénovateurs urbains, avec un fort maillage de petites entreprises parmi nos clients, indique Jean-Louis Bolard. D’où l’importance de savoir répondre à leurs besoins, surtout liés au tout sous le même toit : il faut que tout soit disponible rapidement, sans attente et sans accroc quand il manque quelque chose sur un chantier. »

C’est d’abord vrai pour l’accessibilité. « Il nous faut nous adapter aux problèmes de congestion urbaine », assure le DG. Embouteillages, circulation difficile : autant d’irritants pour des artisans qui ne peuvent passer leur vie dans leur camionnette. D’où la décision de l’enseigne d’aller à eux, plutôt que le contraire. « Nous devons être au plus près de nos clients, donc au plus près des chantiers. C’est dans cette optique qu’ont été créés nos concepts City et Comptoir, aux formats plus petits et plus flexibles mais, numérique aidant, sans rien perdre ni sur le service, ni sur le choix. »

Click & collect, paiement à distance, et livraison express, en moins de deux heures après commande, par de petites carrioles à assistance électrique, qui tractent jusqu’à 250 kg de matériel : La Plateforme multiplie les réponses. Elle dispose même d’un service par SMS, pour répondre aux besoins urgents. La promesse ? Une solution en moins de trois minutes, délivrée par une équipe dédiée, au siège, avec jusqu’à six personnes mobilisées, avec une vision en temps réel des stocks, depuis la base logistique de Pantin (93) et dans chaque dépôt. De quoi s’assurer d’une base solide pour partir, demain, à la conquête d’autres marchés.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter