Marchés

La plus grosse usine de packaging cosmétique du monde est désormais française

|

MADE IN FRANCE Le géant des emballages de cosmétiques, Albéa, a inauguré fin 2013 un nouveau site de production à Sainte-Ménehould, dans la Marne, près de Châlons-en-Champagne.

La nouvelle usine Albea s'étend sur 22 000 mètres carrés
La nouvelle usine Albea s'étend sur 22 000 mètres carrés

Le plus gros pour ce géant qui possède 45 usines à travers le monde et pèse 1,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ce nouvel outil de production est un agrandissement de l’usine précédente. Les 20 millions d’euros d’investissement en font la plus grosse usine mondiale d’emballages cosmétiques.

Un pari français

Sur une surface de 22 000 mètre carrés, devrait bientôt sortir 1 milliard d’emballages par an destinés à tous les cosmétiques (dentifrices, gels douches, shampoings et autres) pour les marques de GMS comme du sélectif, avec des produits plus premium. « Nos clients sont à 90% français », indique François Luscan, PDG d’Albéa. L’usine s’intègre dans une plateforme européenne de sites qui se modernise ». Ainsi le groupe a choisi de privilégier l’usine déjà implantée en France plutôt que d’en ouvrir une autre à l’étranger – où les coûts auraient été moindres. Mais « Le marché des cosmétiques est encore fort en France avec beaucoup de remplissage », ajoute le PDG. Et Albéa a entendu faire valoir son expérience, notamment celles des 600 personnes qui travaillent sur le site.

Car fabriquer un emballage en cosmétiques peut être de l’ordre du funambulisme et demander une sacrée précision. Les tubes en laminées, réalisés à partir de bobines de papier légèrement métallisés et refermées, pour des marques comme l’Occitane en Provence, où des marques de luxe du géant l’Oréal doivent être imprimés avec une précision d’orfèvre. Une précision également visible lors de la fermeture du papier laminé, pour que la jonction ne se voit pas. La qualité d’un tube s’apprécie ainsi sur la non visibilité de la jonction…

« Nous aussi nous voulons un milliards de consommateurs supplémentaires ! »

Mais c’est aussi pour sa capacité logistique que ce choix a été effectué. Avec un entrepôt Transalliance à proximité et une capacité de 15 000 palettes dédiées, ce site est un des plus réactifs aux commandes clients. Le choix de la France s’est aussi effectué par la spécificité du marché où le made in France l’emporte très fortement. Ainsi, aussitôt après avoir racheté une usine allemande, celle-ci a-t-elle été rapatriée en France. Une entreprise qui délocalise de l’Allemagne vers la France, voilà qui plaira à certains ministres !

Pour le PDG cet investissement est un pari – sans doute également impulsé par certains clients – mais qui lui permettra de maintenir ses objectifs. « Nous voulons une croissance de deux points au dessus du marché. Et ce nouveau site sera un moteur de cet objectif », avoue François Luscan. « Nous cherchons également un milliards de consommateurs supplémentaires ! », ironise-t-il en reprenant le refrain bien connu de l’Oréal.

Pour cela, le PDG compte aussi sur les nouvelles technologies : « Nous investissons dans l’impression 3D pour aider au prototypage ». Cela aidera à améliorer le service et réduire le time-to-market. » Ainsi Albéa ne s’arrête pas là, le groupe investira encore l’année prochaine. Au total, le groupe dépense 8 à 9% de son CA en nouveaux investissements.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message