La PME Tallec confirme être en négociations avec Delpeyrat pour racheter son pôle traiteur

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La société bretonne Tallec, spécialisée dans la charcuterie, confirme, par la voie de son responsable, être en négociations exclusives avec Delpeyrat pour racheter sa branche dédiée au traiteur, qui pèse 40 millions d’euros.

La branche traiteur de Delpeyrat pèse 40 millions d'euros et a enregistré une perte de 3.5 millions d'euros au dernier exercice clos en juin 2014.
La branche traiteur de Delpeyrat pèse 40 millions d'euros et a enregistré une perte de 3.5 millions d'euros au dernier exercice clos en juin 2014.

Un breton à la rescousse de la firme du sud ouest ! Les salaisons Tallec (200 salariés, 33 millions de chiffre d’affaires) négocient actuellement pour s’emparer du pôle traiteur frais de Delpeyrat, société appartenant à la coopérative Maïsadour (chiffre d’affaires du pôle traiteur : 40 millions d’euros). C’est ce que confirme Michel Moreu, un responsable de la société finistérienne.

 

Deux sites seraient cédés

Si les accords aboutissent, Tallec rachèterait « le principal site de Delpeyrat, qui emploie 170 personnes à Agen, en plus des trente employés du site de Chinon. Le site agenais deviendrait « Tallec traiteur » », explique le responsable au quotidien Ouest-France.

Actuellement, Tallec est positionné sur la charcuterie et se diversifierait ainsi sur un autre marché. De son côté, Delpeyrat se délesterait d’un pôle en perte de vitesse, qui accuse des pertes à hauteur de 3,5 millions d’euros. Le marché des plats cuisinés est en plus fragilisé par le scandale du horsegate, en janvier 2013.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA