Services & Livraison

La Poste injecte 120 millions d'euros dans sa logistique en île-de-France

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour suivre la montée de l'e-commerce, La Poste investit 120 millions d'euros dans ses sites d'Ile-de-France. L'objectif? Absorber la hausse des volumes et livrer de plus en plus vite. Et à terme de pouvoir livrer les colis en J+1 sur une partie du territoire dès 2020.

La plate-forme Colissimo de Moissy-Cramayel sera modernisé pour accueillir plus de conteneurs mobiles, transportés par un camion remorque.
La plate-forme Colissimo de Moissy-Cramayel sera modernisé pour accueillir plus de conteneurs mobiles, transportés par un camion remorque.© Pierre VASSAL/HAYTHAM

Entre 2015 et 2018, La Poste a eu à traiter 60 millions de colis supplémentaires pour un volume globale qui s’établit à 335 millions unités. La zone Ile-de-France est particulièrement concernée avec au total 72 millions de paquets, en hausse de 19 millions d’unités en trois ans.

Pour absorber ses volumes et également maintenir son niveau de service, La Poste vient d’annoncer un investissement de 120 millions d’euros dans sa logistique d’Ile-de-France. Cinq nouveaux sites « ultramodernes » précise le spécialiste logistique seront créées dont 2 pour le tri et 3 pour la livraison des Colissimo.

Des actions dès 2019

Les premiers projets doivent aboutir dès cette année avec deux nouvelles plateformes de livraison qui ouvriront à Poissy (78) et à Garonor (93). Une troisième ouvrira à Wissous (91) d’ici 2021 et accueillera également le tri des Colissimo internationaux pour en moderniser le traitement actuellement effectué à Chilly-Mazarin.

En 2021, deux plateformes industrielles devraient sortir de terre à Montereau–sur-le- Jard en Seine-et-Marne (77) et sur la commune du Thillay dans le Val-d’Oise (95). D’une superficie de plus de 20 000 m² chacune, elles seront équipées fortement mécanisées et automatisées notamment avec des carrousels à deux étages. Cet équipement permet de traiter jusqu’à 3 fois plus de colis à l’heure que les trieurs actuels. Autre équipement, les plates-formes auront un convoyeur télescopique doté d’extensions articulées déployé à l’intérieur de la remorque ou de la caisse mobile. Il permet aux opérateurs de réduire les mouvements de pivotement et le nombre de colis portés. Cet équipement unique en France représente un investissement de 3 millions d’euros détaille La Poste.

Modernisation des sites existants

Les deux sites existants de Gennevilliers (92) et Moissy-Cramayel (77) seront modernisés. Le premier va être transformé en plateforme de pré-tri des colis vers les agences de livraison des arrondissements parisiens. Le second sera équipé pour accueillir davantage de colis transportés par caisses mobiles. Ce dernier mode de transport de colis va s’imposer à l’avenir car il permet de transporter 30% de colis en plus tout en réduisant les émissions de CO².

L’aérien n’est pas oublié et La Poste investit dans son hub aéroportuaire de Roissy (95) pour accompagner l’activité colis  grand export, avec une machine de tri haute cadence et la modernisation complète des installations de sécurisation du fret aérien.

Enfin, pour la livraison du dernier kilomètre, le prestataire logistique s’offre de nouveaux véhicules électriques et au gaz. Ainsi, 69 fourgons électriques Master ZE seront ainsi en circulation dès le printemps 2019 en Ile-de-France. La Poste annonce qu’elle utilisera 100 % de moyens décarbonés pour les livraisons dans Paris intra-muros à horizon 2024.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA