Marchés

La pression monte autour de Fralib

En prenant la parole par le biais d'un communiqué, Bruno Witvoet, PDG d'Unilever France, réaffirme sa position dans le dossier Fralib. C'est aussi un moyen de ne pas relâcher la tension dans un dossier désormais entre les mains de Arnaud Montebourg, qui a reçu hier les représentants du comité d'entreprise de Fralib qui souhaitent reprendre à leur compte l'activité. Mais aussi Charles Benkemoun, Pdg de Sibell, dont le dossier est soutenu par la grande distribution.

Fralib logo

Devant l’incertitude quant au projet retenu, Bruno Witvoet, patron d’Unilever France, a tenu a rappeler « qu’ Unilever assumera toutes ses responsabilités dans le cadre du PSE validé par la justice », tout en indiquant préférer la reprise par le groupe Sibell, jugée comme « concret et viable ». Le projet de reprise du site de Géménos (Bouches du Rhône) par les salariés eux-mêmes, qui demandent le droit de récupérer la marque Elephant et une partie des volumes n’a pas les faveurs d’Unilever, comme l’a indiqué très clairement le spécialiste des PGC : « même si nous sommes convaincus (que ce projet) n’est pas viable économiquement car il n’a pas de marché porteur ni de clients potentiels, nous serions prêts à céder à titre gratuit les machines d’une valeur de 7 millions d’euros présentes sur le site. En revanche, comme nous n’avons cessé de le rappeler tout au long du processus de consultation (…) il nous sera impossible de sous-traiter des volumes de production compte-tenu de nos surcapacités, et nous conserverons la marque Eléphant, qui fait partie de notre stratégie depuis plus de 40 ans. »

La guerre des nerfs est engagée

Le médiateur nommé par le Ministre du redressement productif a remis ses conclusions à Arnaud Montebourg lundi dernier (25 juin), Fralib n’est toujours pas fixé sur son avenir. Le ministre a reçu hier matin Charles Benkemoun, PDG de Sibell et repreneur potentiel, puis les représentants du plan de reprise par les salariés de l’usine située à Gémenos. Pour Charles Benkemoun, joint par téléphone, le temps presse : « Messieurs Montebourg et Vallaud ont repoussé leur décision à la fin de la semaine prochaine. Ils connaissent notre calendrier et il est très important de le respecter si nous voulons pouvoir déployer notre plan. Que la décision soit positive ou négative, nous devons savoir rapidement. » Le Pdg de Sibell qui nous avait accordé une interview lors de l’officialisation de son dossier de reprise insiste sur le fait qu’il bénéficie toujours « du soutien des distributeurs Leclerc, Carrefour, Casino et System U. »

Un dossier en suspens depuis deux ans

Le groupe Unilever a annoncé en 2010 sa volonté de fermer le site Fralib de Géménos (production de thés et infusions Lipton et Elephant) pour faire face à la baisse des ventes, devrait donc être annoncée en fin de semaine prochaine si l'on en croit les sources du dossier.

 

Guillaume Bregeras et Morgan Leclerc

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter