La privatisation de France Telecom devient réalité

|

Le gouvernement s'apprête à céder 9,6 % du capital de France Telecom. Au terme de cette opération, l'Etat descendra pour la première fois sous la barre des 50 % du capital.

En 2002, l'entreprise avait enregistré ses plus lourdes pertes, avec un déficit de 20,7 millions d'euros. De nouveau bénéficiaire, l'entreprise, qui était entrée en bourse à la faveur du gouvernement socialiste de Lionel Jospin, sept ans plus tôt, a dégagé, entre janvier et juin 2004, 1 milliard de profits. L'Etat devrait récupérer entre 4,6 et 5,8 millions d'euros qui seront employés à réduire la dette de la France.

HB

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres