La réalité augmentée éveille la curiosité, mais pas les ventes

|

Intégrer le virtuel dans le réel, ou inversement. La promesse de la réalité augmentée est séduisante, mais ce service innovant ne se traduit pas pour autant par un effet sur les ventes.

Observer le rendu d’un nouveau canapé dans son salon sur l’écran de sa tablette ? Voilà en quelques mots la promesse de la réalité augmentée. Cet artifice est de plus en plus utilisé par les marques – y compris les distributeurs –, mais de manière épisodique. Ikea a intégré pour la première fois la réalité augmentée dans son catalogue 2014, et reconduit l’expérience en 2015, avec 300 meubles que les particuliers pourront observer en situation dans leur intérieur (une fois l’application téléchargée sur son smartphone ou sa tablette).

L’une des utilisations les plus répandues est celle des cabines d’essayage virtuelles. En clair, le client s’installe devant un écran, il est scanné et filmé, et peut ensuite s’habiller de pied en cap avec des tenues numérisées, ce qui évite la corvée de l’essayage. L’idée est séduisante, mais le rendu n’est pas assez réaliste pour susciter des achats sonnants et trébuchants. Carrefour, en partenariat avec Clear Channel, a ainsi déployé quelques-unes de ces cabines virtuelles du 19 au 25 mars dans six galeries commer­ciales de France. Thierry Pelissier, le directeur marketing de Carrefour France se déclarait « ravi de partager avec nos clients une nouvelle expérience virtuelle, inédite en France, et de les surprendre ».

 

Le filon de la cuisine

Surprendre : le mot est lancé. Car la réalité augmentée est avant tout un service inattendu, parfois déroutant, mais amusant. Intermarché a testé en 2013 des lunettes à réalité augmentée qui permettaient d’afficher des informations sous les yeux du client ou d’indiquer en direct, après avoir entré la liste des courses, le chemin à parcourir dans le magasin grâce à une vingtaine de bornes qui permettent de localiser le visiteur en permanence. Un joli (et coûteux gadget) qui n’est pas sans rappeler les Google Glass.

Les opticiens Atol bénéficient, dans le même ordre d’idée, d’une application qui donne la possibilité aux clients d’essayer virtuellement les lunettes depuis chez eux, tout comme L’Oréal le propose pour ses marques de maquillage avec son Make Up Genius, une application pour smartphone.

Mais le domaine où cette technologie présente peut-être un avenir est celui de l’ameublement et, surtout, des cuisinistes, puisqu’elle permet, à partir d’une simple photo, d’obtenir un rendu réaliste d’un projet d’aménagement, qui se chiffre souvent en milliers d’euros. Prononcée sur toutes les lèvres, la réalité augmentée peine à trouver son intérêt commercial. Et le quasi-abandon par Google et les développeurs des Google Glass, qui devaient « révolutionner » ce dispositif, est un coup dur. Ces lunettes annoncées à grand fracas en 2012 n’ont pas trouvé leur (grand) public, et se revendent aujourd’hui avec difficulté, même à moitié prix.

Le principe

La réalité augmentée consiste à ajouter des éléments virtuels plaqués sur une représentation réelle (photo, vidéo). Cela permet, par exemple, de tester du maquillage sur un écran pour avoir une idée du rendu dans la réalité.

 

Mon look virtuel habille les clients en direct

Mise en place dans six galeries d’hypermarchés Carrefour en mars, l’opération « Mon look virtuel by Tex » devait faire découvrir la nouvelle collection de textile MDD de l’enseigne via des cabines d’essayage virtuelles. Les clientes se plaçaient devant les écrans, parcouraient la collection Tex « du bout des doigts » et apparaissaient sur l’écran vêtues des éléments sélectionnés.

 

 

Avec l’évolution des technologies et la maturation des usages, les nouvelles applications de réalité augmentée sont beaucoup plus orientées service et efficacité, la clé pour durer.

Youmna Ovazza, chief digital officer d’Altavia

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2348

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message