La réforme des délais de paiement inquiète de plus en plus

|

Alors que la crise bancaire s'installe, la réforme des délais de paiement donne lieu à des crispations dans les milieux professionnels. Lors d'une réunion à Bercy avec le député Jean-Paul Charié et qui devait se tenir avec les trois ministres, Christine Lagarde, Hervé Novelli et Luc Chatel, finalement retenus par la situation financière difficile, les acteurs économiques ont fait part pour certains de leurs craintes de l'application de la réduction des délais de paiement, et ont demandé un moratoire ou un calendrier étalé, pour d'autres exprimé leur refus total de revenir sur les mesures législatives adoptées. Alors que la réunion devait parler principalement des négociations commerciales, le problème des délais de paiement a accaparé la réunion. Par ailleurs, les fédérations souhaitent bénéficier de dérogations, comme le prévoit la loi, ont de plus en plus de mal à convaincre leurs partenaires de les signer dans le cadre d'un accord interprofessionnel. Le secteur de l'électronique grand public, par exemple, s'oppose à toute dérogation, et une assemblée d'Unibal - les fournisseurs de bricolage - n'a pas permis de dégager un consensus pour signer une dérogation avec la FMB. Dans le même temps, les banques ont d'autres chats à fouetter que de fournir des besoins en fonds de roulement à des entreprises avec lesquelles elles n'ont pas encore appris à travailler. Une grande enseigne alimentaire aurait trouvé comme parade le fait de laisser le stock marchandises appartenir aux fournisseurs jusqu'au moment du passage en caisse, mais ce système a pour conséquences des difficultés de trésorerie pour...les centrales d'achat qui négocient les prix et les quantités des produits... 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter