Marchés

La réunion ministérielle sur les prix pourrait déboucher sur de lourdes sanctions pour les distributeurs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La réunion qui s’est tenue hier soir à Bercy n’aura satisfait personne. A part peut-être Arnaud Montebourg qui a réaffirmé sa volonté de "sanctionner fermement les abus" après le rapport que doit lui remettre cet été la DGCCRF, mais sans pour autant donner de pistes précises sur les moyens de canaliser les tensions entre les participants.

Arnaud Montebourg est le seul participant à avoir communiqué officiellement sur la réunion qui s'est tenue hier soir à Bercy.
Arnaud Montebourg est le seul participant à avoir communiqué officiellement sur la réunion qui s'est tenue hier soir à Bercy.© Twitter @montebourg

A la sortie de la réunion ministérielle provoquée par Stéphane Le Foll et Arnaud Montebourg sur la question des prix dans l’alimentaire, les acteurs étaient pour une fois tous d’accord... Un sentiment de déception planait sur les réelles avancées d’une réunion qui réunissait distributeurs, industriels et agriculteurs. Yves Le Morvan, directeur général de Coop de France, résumait ainsi le sentiment général au micro de BFM TV: "Sur les pistes de sortie, on est resté sur notre faim. La loi fonctionne mal et il nous fait un cadre législatif plus précis." Même constat du côté de Xavier Beulin, attaqué la veille par Michel-Edouard Leclerc sur son blog. Le président de la FNSEA ressentait "quelques déceptions" sur le sujet des promotions en rayon qu’il souhaite voir "utilisées à bon escient", un sujet que n’ont pas relevé les distributeurs présents. Par ailleurs, la passe d’arme entre Michel-Edouard Leclerc, soutenu par Intermarché, et les agriculteurs a bien eu lieu avec le reproche du premier aux seconds de ne pas s’être réformés pour valoriser leurs produits.

C’est du côté de la FCD qu’il faut chercher pour trouver un léger vent d’optimisme avec Jacques Creyssel, délégué général de la fédération représentant les distributeurs: "La réunion, utile, a permis de poser un constat commun." Concrètement, il s’est dit prêt à valoriser les produits Made in France et certaines filières comme les fruits et légumes. Une posture bien prudente qui a dû plaire à Arnaud Montebourg qui n’a rien promis d’autre qu’un rapport sur les contrôles effectués par la DGCCRF qui sera remis cet été et des abus qui seront "sanctionnés fermement". La rentrée risque donc d’être musclée pour les distributeurs qui seront dans le collimateur de la répression des fraudes…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA